Lettre d’un militant à l’endroit de son leader Biram Dah Abeid

, par  masterEveil , popularité : 16%

L’alliance de l’aile politique émanant de IRA avec le parti EsSawab à suscité un tollé chez les aigris, les personnes de mauvaise foi, les jaloux et ceux qui n’ont rien compris. Il est clair que toutes les grandes initiatives que vous avez prises, ont connu des tollés. La plus spectaculaire remonte en Avril 2012 lors de l’incinération des livres Sataniques. Ce qui vous a value votre second emprisonnement.

Des milliers de personnes ont manifestés réclamant votre pendaison. D’autres vous diabolisaient à travers les médias. Mais ceux qui sont de bonne foi et qui n’avaient pas compris, se sont alignés avec vous. De la même manière que ceux qui sont de bonne foi s’aligneront avec vous. Et les autres ne sont pas avec vous et ne le seront jamais quoique vous puissiez faire. Ainsi va la vie ! J’ai l’intime conviction que cette campagne reflète l’image de 2012. Ceci montre à tel point combien votre prise de position est si importante.

Vous avez vite compris qu’il faudrait prendre le pouvoir pour débarrasser la république du lobby tribalo-militaires qui constituent les maux de ce pays. Vous avez vite compris qu’il ne faudrait pas combattre une injustice par une autre. Vous avez vite compris qu’il faudrait mener une lutte pacifique dans la légalité. Vous vite compris que la Mauritanie ne peut se construire qu’avec tous ses fils. Qu’il faudrait l’implication de tous les mauritaniens que chaque mauritanien noir ou blanc doit apporter sa pierre à l’édifice.

Mandela n’aurait jamais réussi sans pour autant négocier avec Frederik de Klerk. Paul Kagamé n’aurait jamais atteint l’idéal s’il n’avait pas amené les protagonistes à la table de négociations. Vous avez vite compris qu’il est impératif qu’il y ait en Mauritanie "Vérité, réparations et Réconciliation" pour en fin mettre en place Pierre angulaire de la cohésion sociale. Et l’alliance RAG/EsSawab est une voie royale pour atteindre le sommet de cette pyramide.

Ceux qui vous dénigrent, parlaient d’un passif humanitaire jusqu’à ce que vous soyez venu remettre les pendules à l’heure. Vous avez utilisé le terme "Génocide". Vous êtes allé à Inaal, wothi, sorimalè. Vous avez soulevé la question un peu partout dans les institutions internationales : Nations Unies, parlement européen et américain....Chaque année vos militants accompagnent les veuves et orphelins pendant le 28 novembre. Qu’ils regardent les images du 28 novembre passé, ils ne verront que vos militants aux côtés des veuves.

Je me demande ou étaient ceux qui vous dénigrent aujourd’hui ? Qu’ont- ils fait pour la cause ?

Qu’ils organisent des caravanes vers les fosses communes. Qu’ils occupent les rues de Nouakchott pendant au moins 15 mn pour régler le problème. Qu’ils perturbent les voyages de Ould Abdel Aziz à l’extérieur pour qu’il règle le problème. Qu’ils tiennent des Sit-in devant les ambassades en France, USA ; Belgique ...

Les génocidaires sont ici à Nouakchott, ils sont connus et leur train de vie est également connu. Parmi eux il y a des généraux, colonels des hautes personnalités de l’Etat.

Mais les grandes gueules ne vont pas s’en prendre à eux. Et pire encore certains d’entre eux travaillent chez eux comme domestique et agent de sécurité chez les mêmes bourreaux.

Tout d’un coup, les chroniqueurs surgissent de nul part avec leur analyse bidon" la fin d’un rêve" comme si c’est eux qui distribuent les rêves ou encore ils contrôlent les contenus de vos rêves. Comme si le pouvoir ce n’est pas Dieu qui le donne. Et bien c’est Dieu qui le donne et il le donne à celui qu’il veut point.

Comment peut-on émettre un jugement objectif sans pourtant réfléchir mûrement ? Les critiques ont débuté 2 mn après la conférence sans chercher prendre connaissance des closes de l’alliance, sans pourtant donner le temps nécessaire de pouvoir connaître la direction de l’alliance. On ne peut pas apporter un jugement objectif du tic au tac. Ce n’est pas possible !

Monsieur le président, Malcomx disait " le jour ou l’homme noir respectera l’homme noir personne ne marchera sur le noir. Et c’est un noir qui l’a assassiné. Pendant le commerce triangulaire, c’est le noir qui vendait, castrait et corrigeait le noir. Pendant la résistance, c’est le noir qui combattait le noir. En Mauritanie, c’est le noir qui a pu rendre possible le génocide et c’est lui qui est à l’origine du vote de la loi d’Amnesty. Dans tous les domaines de la vie, c’est le noir qui piétine le noir. Parmi les agents de police et de la garde nous avons des amis de classe (École, universités...). Mais quand on programme une manifestation, à la veille, quand on se croise dans la rue, ils nous disent " vous manifestez demain ? Ewa venez on va ... vos mamans". Ils le disent avec fierté.

Lors des 12 jours de séquestrations, un inspecteur de police maure à refusé de torturé Moussa Bilal, au même moment, un noir se vante d’avoir mis dans son anus un suppresseur. Qu’Allah vous en garde mais le jour de votre assassinat, c’est un noir qui le fera.

Monsieur le président, l’observation de la vie a fait que je trouve tout à fait normal que des noirs vous dénigrent. Wallahi, c’est normal Ahdi hateu wallahi. Cela dort en nous.

Par ailleurs, Monsieur le président, sachez bien que ce qui dérange les généraux tortionnaires ; Aziz et son directeur de la sûreté ; ce n’est votre dénigrement mais c’est plutôt les hommes et femmes que vous avez formé, que vous avez appris à dominer leur peur.

Ce sont, ces hommes et femmes qui sortent quand ils veulent, qui résistent aux coups de matraques, au gaz lacrymogènes. Ces hommes et femmes qui disent assez d’Aziz en face. Ces hommes et femmes qui disent assez aux commissaires et directeurs de la sûreté dans les cachots. Ces hommes et femmes qui refusent les contrôles judiciaires préférant séjourner en prison. Ces hommes et femmes incorruptibles qui refusent de sortir de la prison qui observent des grèves de faim a votre effigie. Ces hommes et femmes qui peuvent donner leur vie pour sauver la tienne. Ces hommes et femmes sont toujours avec vous et vous portent dans leur cœur et c’est, ce qui est important !

Je termine par vous dire, faites votre devoir et advienne que pourra.

Abdou Babou

Guidumakha.com


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)