Lettre ouverte au Président Aziz (suite10)  : Objet : Du droit d petit Cheikhany ould Sgheyer et autres à se présenter au Brevet cette année et au Bac l’année prochaine à l’âge de 13 ans.

, par  masterEveil , popularité : 10%

Pour récompenser ce garçon de 12 ans et ses amis je demande votre soutien .
Ould Sghayer s’est imposé excellent traducteur du premier contingent des16 treking (marcheurs) touristes clients de ’’Sahara Découvertes’’ qui ont traversé hier le village de Maaden a le droit et le pouvoir de se présenter cette année scolaire malgré son âge au diplôme du Brevet et de préparer l"année prochaine au sein du lycée Cerveaux des Oasis intensif et gratuit avec ses collègues au Baccalauréat.
Ce garçon comme d’autres de son âge ont bénéficié cette année de cours intensifs et gratuit de 450 heures de français (au lieu de 50h/an du systéme officiel) puis terminé le modules de maths de Maths, Physique Chimie et Arabe de 4 ans du collège durant les 3 mois de vacances passées.pendant que j’avais des liquidités pour payer les heures des professeurs.
Ce garçon et autres éleves qui ont bénéficié de mes cours intensifs et gratuits dérangent le systéme officiel onéreux et inefficace et sont de ce fait actuellement les sorcières à abattre des représentants du Ministére de l’Education.dans l’Oasis .
Excellence Je demande votre compréhension et votre soutien.
Car ; je ne cesse en vain de demander clémence vis à vis ces innocents enfants et collaboration d’études au DREN d’Atar et Directeur du Collége public de MAADEN pour que Ould sghayer et ses collégues puissent bénéficier de leur droit et pouvoir d’écourter leurs cursus secondaires comme les 30 docteurs et ingénieurs anciens élèves du systéme Cerveaux des Oasis dont la plupart seront avec moi ce 1er Janvier 2018 à Maaden pour l’accueil de Maurice Freund et ses 10 amis de marque..

Maaden El Ervane le 28 Décembre 2017

 Cheikhany Ould Sidina Maire de Maaden

 Fondateur du Systéme Educatif intensif et gratuit Cerveaux des Oasis


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)