Ma réponse à Ciré Bâ qui est tout sauf un exemple pour les Négro-Mauritaniens dans la lutte

, par  masterEveil , popularité : 0%

J’ai lu son fameux "Soutenons et protégeons Samba Thiam, soutenons les principes" qu’à publier ce faux duo "Boubacar Diagana et Ciré Ba". Je ne sais pas M. Ciré Bâ veut tromper qui aujourd’hui sur la toile avec ses sorties intempestivement insensées ? Une vraie lâcheté intellectuelle qui est tombé dans les égouts Parisiens depuis plusieurs années. Mieux, le "Docteur" tombe dans le plagiat, eh oui , il l’a fait, en piquant des phrases ici et là , l’insérant dans son texte sans avoir nommé l’auteur. Au lieu de soutenir Samba Thiam, M. Ciré Bâ l’a enfoncé carrément dans la boue du sectarisme ethnique par "principe" d’une solidarité ethnique. En vérité, M. Ciré Bâ est l’unique producteur du texte, Boubacar Diagana est embarqué comme un sac à main pour essayer de donner du poids à ses chimériques textes qui sentent très mauvais la puanteur sectaire.

"La définition du plagiat est simple. Lorsque vous utilisez le travail de quelqu’un d’autre sans le mentionner, c’est considéré comme un vol de propriété intellectuelle. Tout comme pour le vol, les pénalités pour avoir plagié du contenu sont lourdes, partout dans le monde."

Eh oui les enfants Haratine ont bel et bien grandis, ils n’accepteront plus jamais à certaines têtes brulées de l’intérieur comme à l’extérieur, leur diabolisation, jouant avec des expressions perverses du genre "Haratine-Abeid", qui se traduit en Poular "Hardané-Maccudo" , en Soninké "Hardane-Komé, en Wolof "Hardane- Diame", qu’on veut les greffer comme statut d’esclaves héréditaires, à l’image de ses esclaves par ascendance au sein des ethnies Poular, Soninké, Wolof etc...que certains féodaux noirs défendent avec acharnement comme une caste à part entière qui doit exister. On vous voit venir de loin Ciré Bâ, mais, la jeunesse Haratine avant-gardiste ne l’acceptera jamais. Mon cher, essaye de garder vos cheveux sur la tête avant de vouloir soutenir d’autres. 

Diko Hanoune


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)