Macron : aidons l’Afrique en annulant massivement sa dette !

, par  masterEveil , popularité : 89%

 : Le président français Emmanuel Macron vient d’apporter son soutien aux pays africains frappés par le coronavirus en appelant à l’annulation massive de leurs dettes. Un soutien salutaire pour des pays qui sont lourdement endettés et très affectés par les impacts économiques du Covid-19.

L’appel à l’annulation de la dette des pays africains lancé depuis quelques jours par le président sénégalais, Macky Sall, commence à avoir des échos favorables à l’international.

Après le discours du Pape François dans son message de Pâques, demandant « de réduire » voire « d’annuler » la dette des pays pauvres, c’est au tour du président français Emmanuel Macron de se faire l’avocat des pays africains.

« Nous devons aussi savoir aider nos voisins d’Afrique à luter conte le virus plus efficacement, à les aider aussi sur le plan économique en annulant massivement leur dette », a t-il souligné lors de son 5e discours aux Français depuis le déclenchement de la crise du coronavirus.

En tant que premier président d’un pays du G20 a annoncer l’annulation massive de la dette des pays africains, le président français se fait ainsi l’avocat des dirigeants africains qui l’avaient invité le 3 avril, lors d’une réunion en visioconférence du Bureau de l’Union africaine, pour discuter de la réponse sanitaire et surtout économique à apporter aux pays africains.

Cette réduction ou annulation des dettes des pays africains est nécessaire du fait que les services de la dette (capital et intérêts de la dette) pèsent lourdement sur des budgets des pays africains déjà fragiles mais qui doivent désormais faire face aux dépenses sanitaires imprévues dans un contexte marqué par une baisse inquiétante des recettes d’exportations et budgétaires dans le sillage de la baisse des activités économiques et des exportations.

Il faut dire que la crise du coronavirus va fragiliser d’une manière dangereuse de nombreux pays africains. Selon les dernières estimations de la Banque Mondiale, l’Afrique subsaharienne risque d’enregistrer sa première recession depuis 25 ans avec entre autres évolutions des PIB allant de -2% à -5% à cause du ralentissement des activités et de la baisse des recettes d’exportations.

Une chose est sûre, cette réduction massive de la dette des pays africains annoncée par le président français aura un écho très favorable au niveau du continent où certains observateurs bien avertis n’ont cessé d’alerter sur les risques de défaillance de paiement des dettes pour de nombreux pays africains. D’ailleurs, les agences de notations n’ont cessé de dégrader les notations des pays du continent et particulièrement les premières puissances économiques : Afrique du Sud, Nigeria, Angola, etc.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)