MauriSanté et l’UNICEF sensibilisent les médias sur la Journée de l’enfant africain à Nouakchott :

, par  masterEveil , popularité : 0%

A l’occasion de la journée de l’enfant africain célébrée chaque 16 juin, l’ONG MauriSanté et l’UNICEF ont convié la veille, les médias publics et privés mauritaniens à un briefing au cours duquel, la portée de cet évènement a été mis en exergue de bout en bout, suscitant un riche et dense débat entre acteurs de la presse et conférenciers sur cette problématique mondiale qui s’impose avec acuité d’année en année.

« Ensemble pour des actions urgentes en faveur des enfants de la rue", est le thème de cette journée de l’enfant africain pour 2022, a indiqué la Cheffe de projet au sein MauriSanté Mme Lalla Fall, selon laquelle, cet événement est commémoré chaque année depuis le 16 juin 1991 par l’Union africaine en souvenir du massacre de centaines d’enfants lors d’une marche pour leurs droits à Soweto le 16 juin 1976.
S’interrogeant comme d’ailleurs les professionnels de médias, « Pourquoi les enfants des rues ? », la conférencière dira, dans son exposé agrementé d’une présentation sur Powerpoint : « il y a des millions d’enfants dans le monde dont la vie est inextricablement liée aux espaces publics : rues, bâtiments, centres commerciaux, etc. Certains de ces enfants vivront dans la rue, dormant dans des parcs, des portes ou des abribus », disant que d’autres peuvent avoir des maisons où retourner, mais ils dépendent de la rue pour leur survie et leur subsistance.
A propos de leurs multiples surnoms, Mme Lalla Fall ajouta : ils peuvent être appelés « enfants des rues », « enfants connectés à la rue », « enfants sans abri » ou « jeunes sans abri ». Aussi – parfois – ils peuvent être décrits en termes plus négatifs tels que ’mendiants’, ’délinquants juvéniles’ et ’voleurs’, mettant en exergue le drame que se cachent derrière ces étiquettes jugeant ainsi un enfant et montrant combien ces victimes innocentes de l’abandon des Etats s vulnérables ont droit aux soins, à la protection et surtout au respect dus à tous les enfants.

Tout le monde est responsable de la misère des enfants

« Lorsque les enfants ne sont pas pris en charge, nous – gouvernements et individus – les avons tous laissé tomber », a-t-elle précisé.
Tout est donc dit pour jeter la responsabilité de cette déperdition d’un autre genre mais fatale pour l’avenir de l’humanité, sur les gouvernants, les familles et la société civile.
Il est impensable que les enfants des rues aient été si longtemps laissés pour compte. Extraordinaire – et indéfendable. C’est comme s’ils étaient invisibles à la conscience du monde », dit la Cheffe de l’ONG MauriSanté, appelant en conséquence, tous à stopper ce calvaire pour ne plus se dérouler sous nos yeux et dire non aux violences, différences, maltraitances, ... faites à ces derniers.

Abordant l’engagement au niveau de la Mauritanie en faveur de l’enfant africain de manière générale et mauritanien en particulier, la Cheffe du Projet à MauriSanté, a souligné entre autres activités, le lancement de la célébration de cette journée de l’enfant africain, en présence des autorités locales et le Mministère des affaires sociales, de l’enfance et de la famille à Nouadhibou et à Bassiknou, la session de formation des enfants parlementaires avec focus sur les pratiques néfastes et la v Vaccination et l’organisation d’un match (Football) amical entre les enfants réfugiés et la communauté hôte avec des sensibilisations des enfants sur les pratiques néfastes et la mMédiatisation à travers Hamzo Bryn sur les enjeux liés.
Au plan régional, soulignons l’organisation jeudi dernier à Kiffa du Réseau de la Petite Enfance, d’une cérémonie de commémoration de la Journée africaine de la Petite Enfance sous le thème « Ensemble pour préparer un enfant capable de relever les défis.
L’événement a comporté la distribution de prix, de pièces de théâtre traitant de l’enfance et des voies et moyens de les intégrer au réseau en plus de l’hymne du réseau qui a également été joué par de jeunes enfants.
La riche présentation a été suivie d’une séance questions-réponses au terme de laquelle, les professionnels des médias avaient été mieux édifiés sur cette journée internationale de l’enfant africain et le devoir de s’impliquer activement pour susciter l’engagement des dirigeants africains et des décideurs pour agir efficacement envers l’enfance et pour éviter à l’humanité de se trouver engager dans l’errance sous le poids de générations futures perdues qui mèneraient le monde vers le chaos.

Généralités

À l’occasion de la Journée mondiale de l’enfant africain, l’UNICEF a appelé les États membres de l’Union africaine à accélérer leurs efforts et à augmenter les ressources nationales pour mettre fin au mariage d’enfants et aux mutilations génitales féminine
Il faut noter que plusieurs cadeaux ont été offerts par l’UNICEF au niveau de certains Etats d’Afrique, aux écoles et aux acteurs qui ont participé à travers des prestations de sketchs, chants, poèmes et danses à la célébration de cette journée de l’enfant africain.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)