Mauritanie : Le HCR se félicite de la délivrance de certificats de naissance aux réfugiés maliens

, par  masterEveil , popularité : 8%

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est félicité vendredi de la délivrance de certificats de naissance pour des milliers d’enfants réfugiés maliens dans le camp de Mbera, dans sud-est de la Mauritanie.
Selon un communiqué de l’ONU, les autorités de Nouakchott ont commencé à délivrer des certificats de naissance de 7.600 enfants maliens nés dans le camp. Un système permettant désormais à tous les nouveau-nés du camp d’être directement enregistrés a également été établi.
Ces certificats de naissance aideront à lutter contre les mariages précoces et forcés, indique le HCR.
En 2017, l’agence onusienne a enregistré près de 97 cas de mariages précoces et forcés dans le camp de Mbera. "Mais nous craignons que beaucoup d’autres n’aient pas été signalés", a déclaré Cécile Pouilly, porte-parole du HCR lors d’un point de presse à Genève. En collaboration avec ses partenaires, le Haut-Commissariat œuvre à identifier et aider les enfants à risque.
"La preuve de l’âge est également importante pour le rapatriement volontaire éventuel, quand les conditions de sécurité au Mali le permettront", a ajouté Mme Pouilly.
La délivrance de certificats des naissances a été lancée mi-février par le Bureau mauritanien de l’état-civil. Le HCR collabore avec les autorités mauritaniennes pour renforcer les capacités techniques de ces dernières en matière d’enregistrement des réfugiés à l’état-civil et pour fournir une assistance vitale dans le camp.
Depuis 2012, l’insécurité généralisée au nord du Mali a engendré des déplacements de populations vers le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie. Cette dernière accueille aujourd’hui plus de 51.000 réfugiés maliens sur son territoire.
Durant le seul mois de janvier 2018, 1.200 Maliens ont été enregistrés à Mbera. Les réfugiés expliquent avoir fui leur pays en raison des menaces, des extorsions, des exécutions sommaires perpétrés par des groupes armés, ainsi que des conditions de vie difficiles.

Xinhua


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)