Mauritanie : 80 médecins et directeurs du secteur public sur 110, ayant fait l’objet d’une enquête partielle menée par le gouvernement détiennent des faux diplômes *

, par  masterEveil , popularité : 10%

La ministre de la fonction publique, du travail et de la modernisation de l’administration, Mme Coumba Ba, a affirmé mercredi 10 janvier courant, que l’examen à ce jour de « 110 diplômes faisant l’objet de réserve », a conduit à l’authentification de 30 seulement, précisant que les autres titres ne satisfaisant pas aux conditions requises pour leur adoption, ont été rejetés.
Elle a rappelé également, le transfert du département de tout dossier relatif à des faux diplômes à la justice, pour ouvrir une enquête judiciaire sur ces cas.

La mis a apporté ces éclaircissements, au cours d’une plénière de l’Assemblée nationale, organisée pour répondre à une question orale, qui lui a été adressée, par le député Dane Ould Ethmane sur le phénomène de la falsification des diplômes.

Le parlementaire a soulevé la question des compétences de certains cadres et fonctionnaires publics, dépourvus, selon lui, des facultés scientifiques nécessaires, pour mener à bien leurs missions.

Il a évoqué, le cas de hauts cadres qui occupent des postes importants et sensibles, grâce à des diplômes falsifiés, mettant en exergue, les dangers que constituent ce phénomène sur le rendement du service public et rappelant l’importance des ressources humaines qualifiées.

— 

* NB : Le titre est archifaux. L’objectif est de mettre en exergue l’ampleur des faux diplômes, qui dépassent sur 72% (80/110)


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)