Mauritanie/Scrutin du 1er septembre : les élections de tous les risques !

, par  masterEveil , popularité : 14%

A moins de 24 heures du scrutin du 1er septembre où les Mauritaniens devraient élire leurs représentants dans les différentes institutions politiques du pays, c’est tout le pays qui est en ébullition. Des élections législatives, régionales et municipales auront lieu ce samedi 1er Septembre 2018.

Certains observateurs politiques avancent que ces élections seraient un préambule pour le scrutin présidentiel du mois d’Août 2019, où le parti au pouvoir, l’Union pour la république compte rafler la majorité, surtout pour l’assemblée national et ce afin de bien préparer les présidentielles de 2019.

Ces élections qui auront lieu le samedi prochain sont vues par les mauritaniens comme étant un tournant décisif de leur histoire politique, surtout, avec tous les risques qui peuvent en découler, des risques rapportés ça et là de part et d’autres.

Ca reste une sorte de défi de lancer trois élections dans un même scrutin, soit parlementaires, régionales et municipales et ce d’un seul coup. Ca reste un défi lancé par les autorités certes, mais est-ce le même avis des citoyens mauritaniens. Il parait à première vue que beaucoup ne sont pas branchés vers ces élections, si comme si l’avenir du pays ne les concerne pas outre-mesure.

En outre, il faut affirmer que ce genre de défis constitue un thermomètre et un test de l’ancrage de la démocratie, de ses fondamentaux, des institutions et des valeurs républicaines. Il y va de l’avenir du pays, ceci au moment où une meilleure prise de conscience des enjeux réels de la situation devrait être de mise afin de réussir ce rendez-vous électoral.

Certains voient en ces élections celles de la cohésion nationale dans ce pays, sa stabilité et ses acquis démocratiques. D’autres estiment que ces élections devraient se dérouler dans les meilleures conditions possibles pour le bon déroulement de ces élections et la transparence la plus totale.

Bref, les élus des prochains des mandats politiques (Le parlement, les communes et les conseils régionaux) auraient la lourde tâche de gérer la phase transitoire d’avant les élections présidentielles du mois d’Août 2019. Alors attendons le soir du 1er Septembre pour savoir les tenants et les aboutissants de ces élections tants attendus, tant sur le plan mauritanien, régional (Les pays voisins) qu’international.

africatopsuccess.com


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)