Mauritanie : considéree par le PAM comme zone d’alerte

, par  masterEveil , popularité : 9%

La Mauritanie a été considérée comme zone d’alerte en raison du déficit pluviométrique aigu enregistré en 2107 dans la plupart des régions du pays, notamment au sud, à l’ouest et à l’est, a affirmé jeudi Abdou Dieng, directeur régional du Programme alimentaire mondial (PAM) pour l’Afrique de l’ouest.
M. Dieng, actuellement en visite en Mauritanie, a toutefois souligné qu’il est encore "très tôt pour tirer des conclusions de la situation alimentaire du pays". Mais, a-t-il poursuivi, "la situation du pays constitue déjà une alerte, mais nous ne disposons pas encore de données nécessaires pour pouvoir lancer une demande d’aide alimentaire au profit de la Mauritanie".
Le responsable du PAM s’est déclaré disposé à travailler aux côtés du gouvernement mauritanien pour mobiliser de l’aide supplémentaire dans les mois à venir.
En raison du déficit pluviométrique, "les récoltes seront insuffisantes et si la tendance continue les populations ne pourront pas survivre jusqu’à la prochaine saison", a-t-il fait ressortir.
"Quel que soit le niveau de pluviométrie en Mauritanie, le niveau de production ne couvre guère plus que 25 à 30 % des besoins alimentaires". "La situation est particulièrement préoccupante cette année pour les populations vulnérables qui sont déjà en insécurité alimentaire", a noté pour sa part, le représentant résident du PAM en Mauritanie, Jean-Noël Gentile.
"Pour une année normale, les niveaux d’insécurité alimentaire en Mauritanie sont entre 25 et 30 % en période de soudure et entre 15 et 20% en période post-récolte", a-t-il ajouté.
"Ce niveau d’insécurité alimentaire pourrait encore s’aggraver en raison de la faible pluviométrie", a-t-il prévenu.
Par rapport à la malnutrition aigue, le représentant du PAM a rappelé qu’en période de soudure, dans les années normales, "les taux de malnutrition aiguë se situent entre 10 et 15%".
"Dans une année de mauvaise production, on pourrait s’attendre à une aggravation supplémentaire de la malnutrition aiguë dans le pays", a-t-il conclu.
Les autorités mauritaniennes ont mis en place une commission interministérielle pour "étudier la situation du pays et définir le plan à adopter pour faire face à la situation consécutive au déficit pluviométrique enregistré cette année dans le pays". F


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)