Meeting de la COD : Réussira-t-elle à faire capituler le pouvoir ?

, popularité : 14%

Le combat continue entre le pouvoir et la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD). Le président Aziz qui a démarré à Nouadhibou une tournée politique qualifiée de précampagne par son opposition, va à la contre attaque contre ses détracteurs. Ces derniers (la COD) avait annoncé un meeting population hier au moment où nous mettions sous presse ces lignes pour fustiger ces sorties politiques du Raïs. Mieux, la COD par ce rassemblement populaire, veut montrer son degré de popularité et contraindre le pouvoir et la majorité présidentielle à revoir leur agenda électoral ainsi que leur gestion unilatérale des affaires publiques aux conséquences dangereuses pour la stabilité du pays. Un meeting qui intervient à un moment crucial de la confrontation politique nationale caractérisée d’une part par un pôle déterminé à aller aux élections et un autre camp plutôt tenace à faire dégager l’actuel régime des commandes du pays. 

Les préparations pour le meeting allaient jusqu’hier bon train, selon Mohamed Ould Khlil, vice président du parti Union des forces du progrès (UFP) et président de la commission préparatoire du meeting de la COD prévu hier dimanche 7juillet à la traditionnelle place Ibn Abass. Sous le thème « Sauver le pays, c’est chasser le despotisme », les compagnons de Ahmed Ould Daddah, président en exercice de la COD, sont plus que déterminés à en découdre avec un régime aux abois.
Au cours d’une rencontre tenue la semaine dernière par les leaders de la COD, se rapportant à cette manifestation décisive, l’objectif du rassemblement était essentiellement de montrer à l’opinion nationale et internationale la popularité de la COD ainsi que sa tendance à augmenter sans cesse, en raison de l’importance des déceptions et de l’ampleur des mécontentements consécutives à la gestion arbitraire et injuste des affaires publiques.
Le rassemblement d’hier devait connaître une nouvelle forme de manifestation consistant à ’encourager l’esprit de concurrence positive chez l’ensemble des composantes de l’opposition, notamment à travers la répartition de la place du meeting en quelques carrés attribués individuellement à chaque parti pour montrer son poids de mobilisation.
Aux dernières nouvelles, le meeting du 7/7 tenu au lendemain de bains de foule du Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz dans la wilaya du Trarza, devait s’organiser dans la discipline et sans heurts, sauf que les espoirs placés en ce rassemblement populaire par la COD pour se mesurer à la mobilisation de la majorité, fait craindre que des actions d’ordre sécuritaire ou administratif n’interviennent pour en réduire le grand écho attendu.
Par ailleurs, des observateurs, pensent que la réussite de l’élan de protestation de la COD est tributaire du succès de ce meeting 7/7 pour ses prochaines manifestations visant à forcer les pouvoirs publics et la majorité à revoir leur copie par rapport à l’agenda électoral fixé à la fin de l’année et à prospecter d’autres issus de sortie de crise consensuelles.
Notons enfin, qu’au cours d’un meeting organisé la semaine dernière par l’UFP sous le thème « faire face aux injustices » , le leader de ce parti Dr Mohamed Ould Maouloud avait lancé un appel e à un large front pour contrecarrer le régime de l’actuel président, Mohamed Ould Abdel Aziz, dénonçant ce qu’il a qualifié de règne caractérisé par l’ampleur de l’injustice, la corruption et l’oppression. Concernant les élections, l’un des leaders de cette formation, en l’occurrence Lô Gourmo Abdoul, avait indiqué que son parti n’est pas prêt à participer à des élections qui ne réunissent pas les conditions de la transparence et de l’indépendance.
Toutefois, ces rassemblements de la COD pourront-ils perturber comme le pensent ses responsables, la position du Raïs qui consiste à aller coûte que coûte aux élections d’ici à la fin de l’année pour mettre fin à une cacophonique politique qui a pris en otage tout un peuple. En dépit du boycott annoncé par la COD, les choses semblent être claires eu égard aux sorties du président de la République sous formes de visites présidentielles aux allures de précampagne. Si la majorité et le pouvoir doivent revoir leur copie, la COD également doit revoir sa façon de contrecarrer le pouvoir. Les mêmes causes produisant les mêmes effets.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)