Mohamed Ould Ghazouani, Fils de la nation

, par  masterEveil , popularité : 99%

Élu dès le premier tour avec 52,01 % des voix, Mohamed Ould Ghazouani, ancien Ministre de la Défense, entre en fonction le 1er août 2019 en tant que Président de la République islamique de Mauritanie.

Le mois d’août prochain sera donc la date du premier anniversaire de son entrée en fonction officielle en tant que nouveau chef d’État. Son prédécesseur, Mohamed Ould Abdel Aziz, était resté au pouvoir un peu plus de 10 ans. Mohamed Ould Ghazouani avait été son partenaire dans le renversement du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi en 2008 et avait été membre du conseil militaire qui avait destitué l’ancien président Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya.

Mohamed Ould Ghazouani est le fils d’un chef spirituel de la tribu maraboutique des Ideiboussat et appartient à une famille soufie très réputée en Mauritanie. A la fin des années 70, il rejoint l’armée mauritanienne après une solide formation d’officier à l’Académie royale militaire de Meknès au Maroc et l’obtention d’une maîtrise en administration et en sciences militaires entre autres.

Père de 5 enfants, son épouse n’est autre que Marieme Mint Mohamed Vadhel Ould Dah, aujourd’hui Première Dame de Mauritanie et médecin.

La réputation de ce nouveau président mauritanien a rapidement dépassé les frontières de la Mauritanie. Son éducation maraboutique lui a transmis les principes de solidarité, de bonne foi et de patience. L’éducation de sa famille spirituelle, dont les disciples sont légion, lui a aussi conféré cette sagesse mauritanienne qui lui permet d’allier à la fois tradition et modernité tout en préservant son authenticité.

Quoiqu’il en soit, les mauritaniens s’accordent dans l’ensemble à le considérer comme étant le fils de la nation et le digne héritier spirituel du père fondateur de la nation, Moktar Ould Daddah qui fût jadis le premier Président de la République islamique de Mauritanie. Quant à une bonne partie de la diaspora mauritanienne, il est dit de lui que dès que quelqu’un expose une idée, il est prêt à en discuter et qu’il a instauré une nouvelle méthode de gouvernement en déléguant beaucoup plus, comme Mokhtar Ould Daddah en son temps. En Europe, on dit qu’il est un homme très apprécié dans l’armée mauritanienne mais qu’il est aussi très structuré. De toute évidence nous avons affaire à un homme pondéré qui n’est pas un homme de paille !

Sa plaidoirie au côté du président français, Emmanuel Macron, lors du dernier Sommet du G5 Sahel à Nouakchott, sur l’annulation de la dette des pays pauvres a fait écho dans le monde. Le monde a entendu son appel au désendettement et ce sont les diasporas africaines en Europe qui ont été le plus sensibilisés par son discours en faveur des pauvres.

Depuis la gestion admirable de la crise du coronavirus en Afrique et la nouvelle crise sociale suite à l’assassinat de Georges Floyd par des policiers américains, les africains résidant à l’étranger attendent désormais des chefs d’États africains une nouvelle marche en avant vers le progrès à tous les niveaux. Nous sommes bel et bien entrés dans une ère nouvelle qui donne naissance à de nouvelles aspirations de développement et à plus d’authenticité et de justice.

Les chefs d’États africains sont devenus les nouveaux héros des temps modernes face au Covid-19 pendant qu’en Europe la mauvaise gestion de cette crise sanitaire a fait chuter la confiance de l’opinion envers leurs gouvernements. Le succès grandissant du Président mauritanien semble trouver sa source dans les réponses qu’apporte celui-ci à la population dans une conjoncture mondiale en crise, il réussit par exemple à normaliser les relations avec tous ses voisins dans un temps record.

Sur le terrain, on peut noter qu’après son accession au pouvoir il y a onze mois, le Président Ghazouani a restructuré les groupes spéciaux d’intervention. Il s’est ensuite attelé à reprendre le contrôle du parti présidentiel, qui était encore sous l’influence de l’ancien président. Il avait initié une série de consultations avec des groupes de la société civile et l’opposition. Des artistes mauritaniens et d’importants hommes d’affaires comme Mohamed Ould Bouamatou sont revenus au pays grâce à lui. Toutes ces nombreuses initiatives ont constitué une prise de distance par rapport à son prédécesseur et ancien allié Mohamed Ould Abdel Aziz dans le but précis d’améliorer la situation économique du pays. Ces diverses actions avaient permis de créer un front uni contre la pandémie de la Covid-19.

Fidèle à lui-même, le président mauritanien, un homme de consensus, semble ne pas oublier ses promesses de campagne. Il avait pris conscience bien avant son investiture que l’apaisement de la scène politique et l’unité de la nation ne pouvaient voir le jour qu’à condition de régler les questions relatives à l’esclavage, la discrimination et les violations des droits humains en priorité. Conjointement à l’organisation d’un forum pour promouvoir le désendettement des pays pauvres, il appelait aussi à un forum pour renforcer les droits humains. La lutte contre les discriminations initiées par le président a donné naissance au lancement de l’agence Taazour (solidarité) qui dépend de la présidence de la République et qui permet un suivi en temps réel de toutes questions liées à l’exclusion et aux inégalités.

Dans la foulée, il y a moins d’une semaine, Mohamed Ould Ghazouani avait permis à la Justice mauritanienne, l’édification de la Haute cour de justice habilitée à juger le président de la république en cas de haute trahison ainsi que la création d’une Commission d’enquête parlementaire pour l’audition de l’ancien président de la Mauritanie, Mohamed Abdel Aziz. Le nom de l’ancien président « a été maintes fois directement cité dans le cadre de faits et d’actes pouvant constituer une atteinte dangereuse à la Constitution et aux lois mauritaniennes », écrit Hbib Ould Diaye, le président de la commission d’enquête dans la convocation publiée sur les réseaux sociaux. Il est donc question de faire la lumière sur ses années au pouvoir selon un courrier officiel. Un président auditionné ? C’est une première dans ce pays !

C’est un signal fort que renvoie Mohamed Ould Ghazouani aux mauritaniens et au monde. La Mauritanie entre désormais dans une nouvelle ère avec ce nouveau président. L’espoir d’une unité nationale renaît et espérons que tout ceci présage de beaux changements pour le pays aux millions de poètes.

Fares Boudidit

Aqlame


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)