Mort de 7 mauritaniens au Mali : grosse colère de Nouakchott, Bamako décide d’ouvrir une enquête

, par  masterEveil , popularité : 0%

La mort de sept citoyens mauritaniens, dans des conditions non encore élucidées, entre les localités de Tarabako et Akor, dans la région de Nara suscite une vive indignation dans la presse et au sein de l’opinion mauritanienne. Nouakchott entend, en coopération avec Bamako ‘’élucider les circonstances de ce tragique incident, à travers l’ouverture d’une enquête permettant de situer les responsabilités, afin d’infliger les peines les plus sévères aux auteurs de ce crime.
La même enquête, en coordination avec les autorités maliennes, permettra également de prendre les mesures nécessaires pour empêcher la reproduction d’incidents aussi douloureux à l’avenir », ajoute le communiqué de la présidence de la République.
Face à la grosse colère des autorités mauritaniennes et suite à l’envoi d’une délégation ministérielle de haut niveau après la mort de sept commerçants, le gouvernement malien a décidé samedi, « l’ouverture d’une enquête transparente et diligente, dont les résultats seront partagés avec la partie mauritanienne » .
Cette déclaration fait suite à une séance de travail entre les autorités de la transition et une délégation gouvernementale mauritanienne conduite par le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, le Ministre de la Défense Nationale, le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation , le Directeur Général de la Sûreté Nationale et du directeur adjoint de la sécurité extérieure et de la documentation.
En plus de l’ouverture de cette enquête, Bamako annonce d’autres mesures, notamment « l’arrestation et la traduction devant la justice » des présumés auteurs de « ces actes tragiques, le renforcement de la coopération avec les Forces de Défense et de Sécurité mauritaniennes, dans le cadre de la lutte contre l’insécurité ».
En outre « le gouvernement malien décline toute responsabilité, et souligne qu’à ce stade, aucun élément ne met en cause les Forces Armées Maliennes (FAMA), qui respectent la sacralité de la vie humaine et agissent avec professionnalisme dans leur lutte contre le terrorisme ».
Après avoir adressé ses sincères condoléances au peuple et au gouvernement mauritanien et aux familles des victimes, le gouvernement malien a promis de prendre toutes les mesures pour arrêter les auteurs de ce tragique incident et de les présenter à la justice.
Les autorités maliennes ont par ailleurs décidé de travailler avec les forces mauritaniennes au renforcement de la coopération dans le domaine de la lutte contre l’insécurité.
Le document réaffirme enfin les liens de fraternité entre Bamako et Nouakchott. Les autorités maliennes ont enfin salué les relations d’amitié et de fraternité qui ont toujours entretenu les deux peuples, remerciant au passage le gouvernement mauritanien pour son soutien permanent à leur pays.

Confirmation mort 7 mauritaniens au Mali

Pour rappel, la mort de sept ressortissants mauritaniens de la localité d’Adel Begrou se rendant dans un marché hebdomadaire de la circonscription de Nara (région de Koulikoro), attribuée à l’armée malienne, avait été confirmée par un communiqué de la présidence de la République, rendue publique vendredi soir. Les 7 victimes avaient été arrêtées avec un groupe composé de 14 individus. « Le président Mohamed Cheikh El Ghazouani a présenté ses condoléances aux familles des victimes et s’est engagé à œuvrer pour que toute la lumière soit faite autour de cette affaire », selon le communiqué. Ce document fait état « d’un incident douloureux qui a couté la vie à sept (7) de nos concitoyens innocents sur le territoire malien ». Les autorités administratives de la région ont été dépêchées auprès des familles des morts pour présenter les condoléances du gouvernement et « assurer aux populations de la zone et à tous les citoyens, la détermination du gouvernement à préserver leur sécurité et leur quiétude ».
Jeudi, le porte-parole gouvernement mauritanien, Mokhtar Ould Dahi, a dit que l’État suit l’affaire de près. "Tout citoyen mauritanien, victime de malfaiteurs sera suivi de près et les auteurs seront punis, selon la loi", a ajouté le porte-parole.
‘’Survenance troublante’’
Se référant au contexte sous régional « d’adversité », le gouvernement malien qualifie « de troublant la survenance de cet incident, 24 heures après la visite de travail, effectuée à Nouakchott par une importante délégation « en vue d’assurer l’approvisionnement normal des populations maliennes, qui subissent les sanctions ‘’illégales et inhumaines’’ de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ».
D’autant que la Mauritanie s’engage à œuvrer à la résolution des problèmes auxquels le Mali est confronté, voilà le message adressé par le président mauritanien, Mohammed Ould Ghazouani, lors de sa rencontre avec la délégation malienne en visite à Nouakchott mardi dernier. Cette délégation s’était d’abord rendue en Guinée. Elle cherche notamment des moyens de contourner l’embargo qui frappe le Mali depuis l’adoption des sanctions par la Cédéao.
"Le message se situe d’abord dans le contexte du Mali, notamment les défis et avancées liés au processus de transition pour lesquels nous devrions apporter les conclusions à l’attention du président de la République islamique de Mauritanie", a dit Abdoulaye Diop, le chef de la diplomatie malienne.
Pour le chef de la diplomatie malienne, les sanctions de la Cedeao sont un fardeau pour les Maliens, mais aussi pour les pays voisins du Mali. Abdoulaye Diop salue donc l’engagement mauritanien et invite d’autres pays à aller dans le même sens.
"Nous allons continuer à cheminer, la main dans la main, dans le dialogue pour faire en sorte que le processus de transition au Mali puisse se terminer dans un cadre consensuel et dans un cadre de dialogue. Et souhaiter aussi que la communauté régionale, la communauté africaine et comme la communauté internationale puissent aussi faire les pas nécessaires pour mieux comprendre et apprécier la situation au niveau de notre pays", a ajouté Abdoulaye Diop.
La Mauritanie n’est pas membre de la Cedeao, mais elle entretient de bonnes relations et des échanges commerciaux avec les pays membres de l’organisation. Cette dernière avait donc demandé à Nouakchott de faire tout son possible pour que les sanctions contre le Mali permettent un retour du pouvoir aux civils au Mali.

Les autorités maliennes ont enfin salué les relations d’amitié et de fraternité qui ont toujours entretenu les deux peuples, remerciant au passage le gouvernement mauritanien pour son soutien permanent à leur pays.

Éviter la répétition de l’incident tragique

A Bamako,le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur, M. Ismëil Ould Cheikh Ahmed, a indiqué qu’il y a : « Une volonté commune au plus haut niveau pour éviter la répétition de l’incident tragique survenu récemment au Mali ».Le chef de la diplomatie mauitanienne a affirmé que Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a tenu à envoyer une délégation de haut niveau comprenant un certain nombre de ministres de la Souveraineté et des responsables sécuritaires au Mali, car suite à l’incident tragique qui a provoqué la mort d’un certain nombre de nos concitoyens dans ce pays, des précautions rigoureuses doivent être prises pour qu’à l’avenir de tels incidents ne se reproduisent plus.
Il a souligné face à la pesse ‘’que le tragique accident qui a coûté la vie à plusieurs de nos concitoyens dans ce pays ne peut passer sans bénéficier l’attention nécessaire, d’autant plus qu’il n’est pas le premier du genre.
Il fallait qu’une délégation comprenant un certain nombre de ministres de la Souveraineté et de hauts responsables de la sécurité se rende surplace pour transmettre un message clair.
Pour être honnête, les autorités maliennes ont accordé une grande importance à la délégation dont les membres ont été accueillis par leurs homologues maliens et ont tenu avec eux une réunion au cours de laquelle tous les aspects du tragique accident ont été abordés.
La délégation a également été reçue par le président malien, le colonel Assimi Goïta, qui a présenté ses condoléances aux victimes et affirmé la disponibilité des autorités de son pays, soulignant le rôle pionnier de la communauté mauritanienne au Mali.
Il a également affirmé la volonté de son pays de prendre les mesures nécessaires pour enquêter sur l’incident et arrêter les auteurs afin qu’ils reçoivent leur juste sanction.
La partie malienne s’est également déclarée prête à former un comité conjoint avec la partie mauritanienne pour superviser la sécurité des frontières et créer un mécanisme de suivi de ce type d’événements et permettre de travailler à cet égard de manière permanente.
J’ai, accompagné de M. le ministre de l’Intérieur, rencontré à l’aéroport un certain nombre de responsables de notre communauté au Mali, et je leur ai transmis un message selon lequel, bien que les frères du Mali aient exprimé beaucoup de disponibilité, donné de nombreuses assurances et promettaient que ce genre d’événement ne se reproduise pas, les frères de la communauté doivent prendre conscience de la réalité du pays dans lequel ils vivent, et de ce qui menace la sécurité des individus à certains moments et dans certains endroits, ils doivent donc être prudents dans un pays qui connaît une crise et une situation instable. Nous avons avec ce pays une frontière longue de 2300 km passant par six de nos wilayas, à savoir : Tiris Zammour, Adrar, les deux Hodhs, Guidimagha et Assaba.
Sur une frontière d’une telle longueur, il serait difficile d’éviter ce genre d’incidents. Cependant, la volonté de Son Excellence le Président de la République et la volonté exprimée par les frères du Mali, permettront, avec l’aide d’Allah, de surmonter toutes les difficultés », a conclu le ministre.

Saydou Nourou T.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)