Mort de Jacques Chirac, "l’Africain"

, par  masterEveil , popularité : 12%

"L’Africain" : aucun de ses prédécesseurs n’a eu droit à un tel surnom. Pendant sa présidence, Jacques Chirac a visité près de 40 pays sur le continent. Retour sur les relations que l’ancien chef d’Etat français, décédé ce jeudi 26 septembre 2019, entretenait avec l’Afrique.
Jacques Chirac aura tissé des liens très étroits avec l’Afrique, dont il se disait l’un des plus fervents avocats.

Lutte contre le paludisme et le sida, annulation de la dette... La France de Jacques Chirac plaidait en faveur de ses anciennes colonies devant le Fonds monétaire international ou la Banque mondiale. Elle bénéficiait en retour de leur soutien diplomatique.

Dans l’ombre, Jacques Chirac obtient les services de Jacques Foccart, incourtournable et sulfureux conseiller aux affaires africaines du Général de Gaulle.

Bongo, Compaoré, Sassou Nguesso, des amis proches
Quand la stabilité du continent ou les intérêts des entreprises françaises étaient menacés, les grands principes démocratiques passaient alors au second plan.

Chirac "l’Africain", entretenait surtout des rapports très personnels avec les chefs d’Etat. Omar Bongo, Blaise Compaoré, Denis Sassou Nguesso étaient des amis proches.

"Il a assumé d’une manière absolument sincère ce que l’on appelait la Françafrique, avec les rumeurs de coups tordus, de coups d’Etat orchestrés depuis l’Elysée, l’affaire des mallettes d’argent qui circulaient entre les palais africains et l’Elysée", explique l’historien et journaliste Francis Laloupo.

Jacques Chirac enverra aussi l’armée française sauver des régimes "amis" en Centrafrique en 1996 ou au Tchad en 2006. Mais en pleine guerre civile ivoirienne, la médiation française est un échec en 2003.

Quand Jacques Chirac fait ses adieux aux Africains en 2007, sa vision fait long feu. L’influence de Paris s’effrite. Les relations entre la France et le continent entrent dans une nouvelle ère.
TV5MONDE


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)