NAVIGATION SUR LE FLEUVE SÉNÉGAL : LES ASSURANCES DU HAUT-COMMISSAIRE DE L’OMVS

, par  masterEveil , popularité : 11%

Le Haut-commissaire de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), Hamed Diane Séméga, a réaffirmé vendredi à Saint-Louis la volonté des chefs d’Etat de mener à terme le projet de navigation sur le fleuve Sénégal.

M. Séméga s’exprimait lors d’une journée d’échange avec la presse sur l’état d’avancement du projet navigation de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal-OMVS.

Il est revenu sur tout ce qui est fait en termes d’étude et de mobilisation de financement, pour la réalisation du projet structurant de navigation du fleuve Sénégal.

Le Haut-commissaire a rappelé que la volonté des chefs d’Etats du Mali, de la Guinée, de la Mauritanie et du Sénégal, a été "fortement réaffirmée afin que ce projet se réalise rapidement, après plusieurs années de préparation et d’étude".

Selon lui, l’objectif est faire de sorte que le fleuve Sénégal soit "navigable toute l’année et en toute saison et de manière pérenne, en améliorant la maîtrise des cours d’eau".

Avec ce volet navigation, l’OMVS va retrouver "sa dimension de développement intégral du bassin". A cela s’ajoute l’utilisation des eaux du fleuve pour l’agriculture irriguée, afin d’assurer la sécurité alimentaire et la production de l’hydro-électricité.

M. Séméga a également cité le potentiel extraordinaire du tourisme avec "l’écosystème magnifique" autour du fleuve.

D’ailleurs, a-t-il signalé, par la réalisation d’infrastructures portuaires modernes, avec le port fluviomaritime de Saint-Louis, doté d’un port de commerce et de pêche, avec un terminus fluvial à Ambidedi (Mali), "un grand pas sera franchi".

"Le fleuve Sénégal a besoin d’infrastructures de régulation, car la variabilité saisonnière fait que les débits baissent. Pour que la disponibilité de l’eau soit améliorée de manière significative, il faut créer des ouvrages, car chaque année on perd des milliards de M3 d’eau qui se déversent dans la mer", a dit le Haut-commissaire.

Il s’est dit "optimiste" quant à la réalisation du projet de navigation, qui selon lui, est non seulement "un instrument de développement économique des Etats membres, mais aussi un outil d’intégration".

L’objectif du projet de navigation de l’OMVS est de restaurer le transport fluvial sur le fleuve Sénégal et de mieux le valoriser en l’insérant dans un système intégrant tous les autres modes de transports terrestres, de Saint-Louis du Sénégal à Ambidédi, au Mali, soit une distance de 905 Km.

Selon le document remis à la presse, le projet de navigation du fleuve Sénégal, comporte également la construction des escales portuaires et appontement en Mauritanie dont des escales portuaires a Rosso-Mauritanie, Boghé, Kaédi (Niangué, Lexeiba, Civet et Gouraye).

Il y a aussi la construction des escales portuaires et appontements au Sénégal, dont des escales portuaires à Richard-Toll, Podor, Cas-Cas, Matam, Bakel, (Rosso-Sénégal, Demète et Dial).

http://aps.sn


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)