Naissance d’un nouveau pôle sur la scène

, popularité : 13%

L’incertitude quant à la tenue prochaine d’élections législatives et municipales prévues, en théorie, avant la fin de l’année, n’empêche pas pour autant les partis politiques de s’activer en vue des échéances à venir. Jusqu’à maintenant le combat opposait la « Majorité » et la COD, avec comme arbitre la CAP (Convention pour une Alternance Pacifique) qui regroupe APP, Wiam et SAWAB, des partis qui avaient pris part au dialogue avec le pouvoir. Il y a de cela quelques semaines, des formations politiques jusque-là dans la majorité, ont fini par « claquer » la porte pour inscrire désormais leur action au sein de l’opposition. Mais, au lieu de basculer complètement de l’autre côté de l’échiquier, en rejoignant la COD, les « frondeurs », réunis au sein de l’AP (Alliance Patriotique, qui regroupe ADIL, MPR et RD) ont préféré s’arrêter à mi-chemin, en attendant peut-être d’y voir plus clair en s’alliant avec la CAP.

Cette nouvelle alliance a été formalisée à l’occasion d’une conférence de presse tenue le 13 juin 2013 au siège d’EL WIAM. Kane Hamidou Baba, président de la coordination AP-CAP, dans son mot d’ouverture, a chaleureusement remercié la CAP d’avoir bien voulu accepter l’organisation de l’évènement dans les locaux de WIAM, tout en félicitant le président Messaoud Ould Boulkheir de son initiative car, dira –t-il, « cette initiative de Messaoud est la seule alternative à une réelle sortie de crise et que le dialogue renforcé tant demandé est une condition sine qua none à l’organisation d’élections libres, transparentes, consensuelles et donc inclusives ». Il a aussi, comme à l’accoutumée, réitéré sa position, en martelant que « la ligne de démarcation n’est pas entre majorité et opposition mais entre les forces du progrès et de maintien du statu quo ». Les autres leaders, prenant la parole, ont abondé dans le même sens et la coordination AP-CAP compte organiser un mega meeting le dimanche 23 juin 2013, comme pour matérialiser sur le terrain ce pacte scellé entre les deux pôles.

Le dialogue, moyen adéquat et privilégié de règlement des problèmes politiques du pays

A l’issue de la conférence de presse, la coordination AP-CAP a rendu public une déclaration dans laquelle les objectifs de cette nouvelle structure ont été rappelés. Parmi les objectifs de ce pôle, qui repose sur un pacte politique entre la CAP et l’AP, figurent la défense et la promotion de l’identité arabe et négro-africaine, ses valeurs et principes qui la fondent, à savoir notre sainte religion, l’Islam et notre attachement à la double unité Arabe et Africaine ; le renforcement de la consolidation de l’unité nationale dans notre diversité reconnue par la constitution, en œuvrant pour le règlement dans la justice du passif humanitaire, tout en soignant les blessures du passé ; l’éradication complète de l’esclavage, de ses pratiques associées et leurs séquelles ; la défense des libertés individuelles et collectives de tous les citoyens dans le strict respect des droits de l’Homme.
Le Pôle AP-CAP qui situe son engagement politique au sein de l’opposition démocratique entend faire du dialogue, le moyen adéquat et privilégié de règlement des problèmes politiques du pays, de coordonner le travail parlementaire des partis qui le composent et d’œuvrer à l’unification de l’action des partis membres pour les prochaines élections.

Et la COD dans tout ça ?

Interrogé à ce sujet, M. Ahmed Ould Sidi Baba, président du RDU et membre de la COD a déclaré que « de toutes les façons, la COD soutient toute initiative qui reconnaît la véritable crise que vit le pays et tend à lui trouver une solution, même si nous n’en partageons pas, en totalité, le contenu ». Et d’indiquer « nous sommes donc en dialogue amical avec ce pôle. En tant que RDU, je continue à garder la même position, à savoir que notre pays est divisé entre près de quatre-vingt-dix partis politiques, je trouve cela inadmissible ».

Sikhousso


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)