Nouadhibou : Des opposants entrent à l’UPR

, popularité : 9%

Au moment où le président de la république Mohamed Ould Abdel Aziz avait entamé une visite officielle de deux jours à Nouadhibou, entre le 24 et le 25 juin, pour lancer la zone franche et inaugurer certains projets dans la ville, un groupe du Mouvement Pour la Refondation (MPR) de Kane Hamidou Baba composé du Coordinateur régional de la Jeunesse Ousmane Samba Diong à l’origine de l’initiative et près de dix présidents de comités de base ont claqué la porte de ce parti et regagné l’Union Pour la République (UPR). Dans une déclaration datée du 22 juin 2013 dont copie nous est parvenue, le groupe de Nouadhibou a regretté l’absence de concertation du parti avec sa base politique surtout lorsqu’il s’agit de décision capitale le concernant. On rappelle que le MPR a décidé le 21 avril passé de se retirer de la majorité soutenant le président Aziz créant un nouveau pôle politique composé de six partis d’opposition. La réponse de la coordination régionale du parti ne s’est pas faite attendre et le 23 juin Mr Bâ Ismaila a rétorqué que ce groupe se sert de noms fictifs n’existant dans aucun des comités implantés à Nouadhibou.
D’un autre côté une autre initiative dénommée « Ensemble pour la Justice et la Bonne Gouvernance » présidée par Cheikh Ould Bakar, un natif de la ville et un transfuge du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) qui avec un groupe de cadres dont Ba Djibril et Ould Haimer ont, eux, claqué la porte du parti d’Ahmed DADDAH. Ancien membre du bureau exécutif du RFD et ex-président de section, il adhère aujourd’hui au programme du président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz.

Mrabih quitte l’EPBR
L’avant dernier conseil des Ministres du jeudi 20 juin 2013, a pris comme décision la nomination de Sidi Mohamed Ould Bouna dit « El Moudir », l’un des premiers soutiens au coup de force de Mohamed Ould Abdel Aziz comme directeur de l’Etablissement Portuaire de la Baie du Repos (EPBR) à la place de M. Mrabih Rabou Ould Abidine. 

Journée de concertation à la SMCP
La SMCP sous l’égide de M Bâ Abdoulaye Mamadou, son directeur initie des journées de concertation entre le 30 juin et le 1er juillet 2013. L’objectif est de faire connaitre les potentialités de la ville au moment du lancement de la zone franche. Ces journées sont ouvertes à tous les acteurs et opérateurs économiques afin de discuter des problèmes inhérents au secteur halieutique. En attendant, le directeur s’est réjoui du produit de qualité pêché après cet arrêt biologique qui en trois jours seulement les pêcheurs du secteur artisanal ont pu produire près de 700 tonnes.
M. Bâ a aussi constaté que jusqu’à fin Mai 2013 près de 30000 tonnes ont été déjà vendues pour un montant de 104 millions de $ dont 60 millions pour le secteur artisanal.
Il faut signaler aussi que la SMCP a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de 300,541 millions de $ enregistrant une hausse de 55,77% par rapport à l’année 2010. Ce montant n’a jamais été atteint depuis la création de la SMCP.

2ème Edition du Festival des Arts et de la Culture
La deuxième édition du festival des arts et de la culture a démarré tard dans la soirée du jeudi 20 juin au niveau de l’espace jouxtant l’ancienne Maison des Jeunes. C’était en présence du SG du ministère de la Culture de la jeunesse et des Sports, du directeur du festival M Samba Ould Bombaye et ses proches collaborateurs musiciens artistes, animateurs et une grande affluence de jeunes de la ville qui malgré la rigueur du climat de la ville ont tenu de rester jusque tard dans la nuit pour suivre les différents programmes variés et riches en couleurs.
Les défilés étaient riches et variés. Les « Halpulaar » passant les premiers, suivis de Soninkés puis de communautés Maures elles aussi divisées en deux sous-groupes et les wolofs en dernier lieu. A la clôture ce sera les derniers qui passeront les premiers. Lors de ce festival, les frontières pluriethniques sont cassées vers une symbiose où toutes les cultures deviennent une.
Il faut dire aussi que Samba Ould Bombaye et Ba Abou, deux responsables du festival avaient du pain sur la planche : les appuis étaient moindres et les activités importantes, les lourdeurs protocolaires contraignantes.
Sous le thème « Ma patrie avant tout » le festival des Arts et de la Culture a atteint ses objectifs en mettant en haleine, durant trois jours, jusqu’aux premières lueurs de l’aube une jeunesse en mal de loisirs et d’activités ludiques. Ici, on a joint l’utile à l’agréable en faisant danser la jeunesse et en mettant en relief la diversité culturelle et du patrimoine du pays.
Les Phares de Nouadhibou, le groupe Rimba, Cheikh Ould Lebyadh, le groupe Walfajri, les chanteurs et musiciens venus d’ailleurs tels que Ziza, Dominique (France) Ali (Espagne), les groupes folkloriques du Medh, Bendia et le Mbalakh ont rivalisé d’ardeurs pour mettre en haleine des centaines de jeunes mauritaniens dans toutes leurs diversités venus de tous les coins de la ville.

Le festival des Arts et de la Culture, dans sa deuxième édition, sponsorisé par l’opérateur de téléphonie mobile Chinguitel et Alfa Service Limited a été clôturé le 22 juin par plusieurs discours qui mettent en exergue le franc succès de cette manifestation dirigée par le jeune natif de la ville Samba Ould Bombaye. Ce jeune homme doit nécessairement être reconnu et soutenu par des partenaires pour accompagner la jeunesse de Nouadhibou dans le but de mettre en œuvre son talent.

Weddou


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)