Nouakchott : Recrudescence de la criminalité

, par  Webmastrer , popularité : 96%

Les affaires traitées par les services sécuritaires au cours de ce premier semestre de l’année 2014 font état d’une recrudescence significative de la criminalité dans la capitale Nouakchott avec les meurtres horribles commis ces dernières à plusieurs endroits de la ville notamment dans les quartiers de Dar Naim, Sebkha, arafat et El Mina.


C’est dans le cadre de cette recrudescence de la criminalité que des éléments du commissariat de police Sebkha I, avaient arrêtés samedi passé, six personnes dont deux personnes supposées être les commanditaires d »un meurtre cruel commis la veille à Sebkha.
En effet, les habitants du 5ième arrondissement s’étaient réveillés le 31 mai 2014 sur un crime horrible, qui a coûté la vie à un garde de magasins commerciaux. La victime a été tuée par ses meurtriers pendant son profond sommeil. Les agresseurs impitoyables ont utilisé comme arme pour exécuter leur crime abject une crique pour automobile, d’où la mort immédiate du gardien. Le drame est survenu à la station connue localement sous le nom de « station mahroug » (station incendiée).
24h auparavant, , un jeune garçon âgé de 18 ans avait été poignardé aux alentours de 21 heures, par un groupe de jeunes, aux environs du rond-point Boudadah, au quartier Neteug dans la Moughataa d’El Mina. Le groupe de criminels qui aurait commis cet assassinat aurait été également arrêté et serait actuellement utilisé par les policiers pour démasquer les lieux d’agissements de ces nouveaux terreurs.
Cette recrudescence de l’insécurité qui ne se limite pas seulement à ces cas précités, a conduit les habitants de Nouakchott à lancer des appels pressants aux autorités pour prendre très rapidement les choses en mains, notamment en réorganisant le corps de la police et en le déployant très vite dans les quartiers à risque élevé en matière de criminalité pour neutraliser ces voyous de la terreur dont la majorité sont connus par les milieux sécuritaires du fait qu’ils des récidivistes, mis en liberté régulièrement après leur arrestation.
Pour ce faire, l’État devra rétablir la police dans ses prérogatives de garante de la sécurité des citoyens et du respect des règles de la circulation routière pour infélchir cette recrudescence de la criminalité.
Les autorités doivent également agir sur d’autres fronts socioéconomiques pour juguler la pauvreté, l’ignorance et la corruption qui sévissent et qui sont des facteurs indirects de cette insécurité grandissante.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)