Opinion : Les ONG fantômes du pouvoir mauritanien agressent dans l’enseigne du Palais des Nations à Genève (Photos)

, par  masterEveil

« Je remercie le rapporteur Phillip Alston qui a défendu un rapport en béton qui a eu le large soutien de la communauté internationale, l’ONG Anti-Slavery et son équipe solide, l’ONG Peuples Menacés et son équipe d’Allemagne, le président SOS-Esclaves, le vétéran Boubacar Messaoud et la courageuse Salimata Lam, le président El-Hor, M. Samory Ould Beye qui assiste aux travaux du Bureau de l’organisation internationale pour les droits de travailleurs dans le monde (BIT), du représentant IRA Suisse Mohamed Bandiougou.
Je n’oublierai jamais la présence soutenue de Marie Foray, juriste, et Tiphaine Gosse, journaliste indépendante, qui ont été expulsées de la Mauritanie lorsqu’elles travaillaient sur la question de l’esclavage. Le Panel organisé par Anti-Slavery a été un grand succès, ce qui a provoqué les courroux des ONG bidon inféodées avec l’état Mauritanien qui hurlent des mensonges partout pour soi-disant soutenir l’état Mauritanien.
Apres les exposés des orateurs qui ont commenté le rapport du Rapporteur, la séance question réponse est entamée, Mohamed Vall Ould Youssouf, directeur général du centre mauritanien d’accueil et de réhabilitation des enfants en conflit avec la loi (CARSEC), envoyé par le pouvoir, s’en prend violemment au président Boubacar Messaoud , emportant avec lui la modératrice Sarah Mathwson qui est restée calme et polie.
Puis il enchaîne ses agressions verbales gratuites dans une impolitesse caractérisée sur le Rapporteur spécial sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme, M. Philipp Alston qui quitte très calmement, la salle sans lui dire un mot.
J’étais dans l’obligation de souffler la fin des délires de Mohamed Vall Ould Youssouf en lui rappelant devant l’assistance qu’il avait collaboré avec les assassinats et déportations de noirs en 1989 donc il n’a rien à dire surtout pas prétendre donner des leçons de morale à quiconque sur terre. Le comportement de ce type n’a pas besoin de commentaire pour faire comprendre à la communauté internationale que les complices du pouvoir sont des dangereux immoraux en puissance sans état d’âme. Cette agression s’est passée devant l’ambassadeur de Genève, M. Traoré, à qui, on a longuement donné la parole pour exposer la vision de l’Etat Mauritanien sans qu’on lui coupe la parole une seconde.
Il y avait le directeur de l’agence Tadamoun, Me Hamdi Ould Mahjoub, , le ministre chargé du commissariat des droits de l’homme M. CheikhTourad Ould Abdel Maleck, le coordinateur du centre d’information, de sensibilisation et de documentation au CDHAH, M. Isselmou Ould Salihi.
Pour rappel, lors de la présentation du rapport d’examen périodique universel sur les droits de l’homme en Mauritanie, c’était la nommée Hawa Sidibé qui avait agressé physiquement Yacoub Diarra, présidente IRA-Section Italie.

Elle a produit la scène, voire pire, elle était debout cherchant à frapper Abidine Merzoug en tant qu’orateur L’ONG des peuples menacés (UNPO).
On remarque les premiers responsables de l’Etat sur place, qui ont assisté à la scène ignoble, n’ont pas dit un mot pour se désolidariser ou s’excuser d’un tel comportement aussi ignoble qui ternie l’image du pays devant le parterre international. C’est tellement regrettable, les pires ennemis du pouvoir mauritanien, sont logés au cœur du pouvoir.

Diko Hanoune