Opinion : « Ne laissons pas Biram Dah Abeid seul face à ses bourreaux »

, par  masterEveil , popularité : 14%

Notre chroniqueur dénonce le « silence complice » des gouvernements africains face à la répression des militants des droits humains en Mauritanie.

La Mauritanie est un pays préoccupant où existe, outre l’esclavage, un véritable mépris des populations noires. Les militants qui se battent pour l’égalité sont intimidés, menacés, emprisonnés voire tués depuis le régime de Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya (1984-2005). Le pouvoir actuel, avec à sa tête l’ancien putschiste Mohamed Ould Abdelaziz, perpétue cette politique qui considère les Négro-Mauritaniens comme des sous-hommes.

Dernier épisode en date : l’arrestation de Biram Dah Abeid, le mardi 7 août, et de journalistes et militants anti-esclavagistes, accusés d’« atteinte à l’intégrité d’autrui et menace d’usage de la violence ». Cela constitue pour Amnesty International « un signal inquiétant d’intimidation, de harcèlement et de répression des voix dissidentes des autorités mauritaniennes avant les élections législatives, régionales et locales du mois de septembre ».

Lire aussi : En Mauritanie, inculpation d’un opposant et militant anti-esclavagiste

Le gouvernement de Mohamed Ould Abdelaziz franchit une nouvelle étape dans l’intimidation systématique de son principal opposant, déjà arrêté et détenu dix-huit mois entre novembre 2014 et mai 2016. Il l’empêche ainsi de faire campagne afin de briguer un siège de député, et ce alors que son mouvement, l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), populaire auprès des populations noires, a scellé une alliance avec un parti nationaliste arabe en vue d’élargir son assise électorale.

Délit d’opinion

Malgré la gravité de la situation en Mauritanie, associations, militants et partis politiques sont seuls, armés de leur seule volonté face à un régime autoritaire. Le pouvoir ferme toute possibilité de contestation pacifique de l’ordre établi. Les mouvements politiques négro-mauritaniens que sont l’IRA et les Forces progressistes pour le changement n’ont toujours pas obtenu leur récépissé de reconnaissance officielle.

Les militants anti-esclavagistes Moussa Biram et Abdallahi Mattalah ont passé deux années en prison pour délit d’opinion. Sans oublier Mohamed Cheikh Ould Mkheitir, un blogueur condamné pour apostasie et dont on ignore la situation malgré sa libération prononcée par un juge. Les autorités doivent libérer Biram Dah Abeid, assurer sa sécurité et reconnaître son mouvement.

Lire aussi : Mauritanie : « Je paie au prix de ma liberté la lutte pacifique contre l’esclavage »

Le silence des gouvernements africains et de l’Union africaine sur les agissements répressifs du régime mauritanien est coupable. Les ONG de défense des droits humains et les militants mauritaniens ne reçoivent pas le soutien massif qu’exige la justesse de leur cause. Depuis trop longtemps, ce silence complice fait office de blanc-seing accordé à un régime qui viole les libertés individuelles.

Combat pacifique

Nous ne devons pas laisser Biram Dah Abeid et tous ceux qui se battent, sur le terrain et au sein de la diaspora mauritanienne, seuls face à leurs bourreaux. Leur combat, mené de façon pacifique, doit interpeller l’Afrique, comme jadis celui des Noirs en Afrique du Sud, sous le régime de l’apartheid, aboutit à une pression internationale qui conduisit au tournant de 1994.

Arrivé deuxième lors de la présidentielle de 2014, lauréat du prix des Droits de l’homme de l’ONU en 2013, Biram Dah Abeid est une icône des droits civiques en Afrique. Dans un pays fermé, il tient un discours progressiste malgré les risques d’emprisonnement, voire d’assassinat, qu’il court, car les appels au meurtre sur sa personne sont nombreux. Un silence prolongé sur la violation de ses droits constituerait un soutien tacite apporté à la répression du régime mauritanien.

Hamidou Anne est membre du du cercle de réflexion L’Afrique des idées.

.lemonde.fr


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)