Opinion : Nous sommes dégoûtés par l’attitude des ex-prisonniers cadres du bureau exécutif de IRA-Mauritanie qui ne parlent plus de leurs camarades

, par  masterEveil , popularité : 7%

Nous sommes dégoûtés par l’attitude des ex-prisonniers cadres du bureau exécutif de IRA-Mauritanie qui ne parlent plus de leurs camarades détenus, qui ont été transférés vers l’enfer de la prison Birmoghrein à 1200km de Nouakchott. Il s’agit de Abdallahi Mataala Seck et Moussa Bilal Biram. Mais pourquoi ces cadres ne soutiennent pas activement leurs camarades, eux qui ont goûté aux souffrances dans les prisons Mauritaniennes ? Pourquoi ils ne prennent pas la tête des sit-in et manifestions pour exiger la libération de leurs amis ?? Pire, ils ne donnent même pas d’informations ni ne versent leurs témoignages pour décrire ce qu’ils ont vécu comme horreur en prison pour aider leurs camarades. N’est-ce pas de la lâcheté ??? Évidemment oui n’en déplaise à X ou Y.
Les ex-détenus IRA libérés par la cour d’appel de Zouerate semblent plus plonger à régler des comptes personnels, des guéguerres de positionnement incompréhensibles dans l’idée de trahir le mouvement et la cause. Eh oui, ne soyez pas surpris, c’est bientôt les élections alors la ruée vers la quête des postes a bel et bien commencé. La prison semble devenir un tremplin d’une quête de notoriété pour mieux se vendre à l’intérieur du pays et à l’extérieur.
Certaines arrestations seraient commanditées par des militants infiltrés pour se mettre en position d’une force incontournable dans l’idée de cette quête de notoriété pour se ventre aux partis politiques et le pouvoir. Il suffit de prononcer le mot dissidence d’IRA-Mauritanie pour que les renseignements mauritaniens déploient des moyens colossaux, vous louent des hôtels de luxe, convoquent tous les médias locaux pour vous organiser une pseudo conférence avec des banderoles sorties de je ne sais d’où. C’est tellement ignoble, immoral. La Mauritanie est devenue un grand océan dans lequel le gros poisson engloutit le petit en une seconde.

Depuis leur sortie de la prison, à part quelques arabisants de l’IRA qui ont témoigné, les francophones gardent silence radio et semblent se tourner vers d’autres choses incompressibles. Nous ne lâcheront comme des lâches nos amis encore détenus dans l’enfer de Birmoghrein. En plus, sont restés en prison, les plus durement torturés lors des séances de tortures.
Les gens refusent que IRA-MAURITANIE n’est pas un parti politique, la plupart qui tournent autour de cette ONG, sont là uniquement que pour exploiter politiquement cette ONG, ils cherchent une image où stature politique pour se lancer dans les autres partis politiques. Saad et consorts sont passés par là.
Le parti politique s’appelle le RAG, même si IRA-MAURITANIE est reconnue aujourd’hui, elle ne peut pas présenter à l’élection présidentielle un candidat, idem pour les autres échéances électorales donc ceux qui veulent faire la politique, ont toute leur place plutôt dans le parti RAG qu’il faut animer et développer. Biram Dah Abeid n’a jamais été le candidat de IRA-MAURITANIE mais s’est présenté en tant qu’un candidat indépendant (libre) .
Pourquoi ceux qui veulent faire la politique ont abandonné leur outil qui devrait les servir qui est le RAG ? Non mais l’opportunisme des mauritaniens dépasse l’entendement. Je ne fais rien et je veux tout avoir comment cela est possible Mesdames et Messieurs ? Il est temps qu’ils arrêtent de rêver oui.

Diko hanoune

Navigation


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)