Ould Deddew critique la fermeture d’un centre d’enseignement religieux en Mauritanie

, par  masterEveil , popularité : 15%

L’érudit mauritanien Mohamed El Hacen Ould Dedew a qualifié « d’injustifiée » la fermeture par les autorités du Centre de formation des ulémas qu’il dirige à Nouakchott.

Img : Ould Deddew critique la fermeture d’un centre d’enseignement religieux en Mauritanie
Ce centre est « une institution scientifique et de prêche qui œuvre à la propagation des sciences islamiques (…) et n’a rien à voir avec les différends politiques », a dit Ould Deddew dans une déclaration à la chaine de télévision satellitaire qatarie Al-Jazeera.

La police mauritanienne avait fermé lundi ledit centre créé en 2007 et bouclé toues les artères qui y mènent, ordonnant au personnel de quitter les lieux, sans plus de précisions.

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz avait déjà menacé, il y quelques jours, de prendre des mesures contre le parti Tawassoul (islamistes) dont Ould Deddew est l’une des hautes personnalités d’inspiration.

Auparavant, Ould Abdel Aziz avait accusé les islamistes mauritaniens d’extrémisme lors de la campagne électorale ayant précédé les élections des 1er et 15 septembre 2018.

Au terme de ces élections, Tawassoul a occupé la deuxième position après l’Union pour la République (UPR, au pouvoir), ce qui lui a permis de conserver la présidence de l’institution de l’opposition démocratique.

Dans un communiqué rendu public lundi à Nouakchott, la direction du Centre de formation des ulémas a nié que ce dernier soit « une menace à la sécurité publique ou un foyer d’anarchie », assurant plutôt qu’il « contribue à la paix locale, régionale et internationale ».

Il s’agit d’un établissement qui « adopte la méthode de la mahadra (école coranique) mauritanienne originelle en y ajoutant des dimensions modernes », a souligné le texte.

Les responsables du centre ont également réclamé le retrait des unités de police et de tout ce qui peut compromettre le lancement de la nouvelle année scolaire.
APA


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)