Plusieurs organisations multilatérales lancent un plan conjoint pour atteindre plus rapidement les objectifs mondiaux en matière de santé

, par  masterEveil , popularité : 15%

Élaboré sur 18 mois et intitulé Une collaboration renforcée pour une meilleure santé – Plan d’action mondial pour permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous, ce plan explique comment 12 organisations multilatérales actives dans les domaines de la santé, du développement et de l’action humanitaire entendent collaborer afin d’être plus efficaces et de fournir un appui rationalisé aux pays, le but étant d’instaurer la couverture sanitaire universelle et d’atteindre les cibles des ODD liées à la santé.

La bonne santé des gens est essentielle pour promouvoir le développement durable, mettre fin à la pauvreté, favoriser l’avènement de sociétés pacifiques et inclusives et protéger l’environnement. Ces dernières décennies, des progrès majeurs ont été accomplis dans des domaines clés de la santé, mais les cibles de 2030 ne seront pas atteintes sans redoubler d’efforts.

« Le titre du plan, Une collaboration renforcée pour une meilleure santé, ne doit rien au hasard », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. Et d’ajouter : « Si la collaboration est la voie empruntée, la destination, c’est-à-dire le but recherché, est bien d’avoir un impact. La publication de ce plan marque le début, et non la fin, du chemin. »

La couverture sanitaire universelle revêt une importance capitale pour atteindre les objectifs liés à la santé et combattre les inégalités en matière de santé. Si les tendances actuelles se poursuivent, jusqu’à 5 milliards de personnes dans le monde ne seront pas couvertes par les services de santé essentiels en 2030, comme le souligne le Rapport mondial de suivi sur la couverture sanitaire universelle, publié la semaine dernière par l’OMS. Pour ne laisser personne de côté, les pays doivent combattre les inégalités en matière de santé. L’amélioration de la collaboration et de la coordination peut aider les pays à relever des défis sanitaires complexes et à apporter des solutions novatrices.

Ensemble, les 12 organisations comptent pour près d’un tiers du total de l’aide au développement dans le domaine de la santé. Au titre du Plan d’action mondial, les organisations s’engagent à mieux conjuguer leurs efforts pour :

collaborer avec les pays en vue de mieux définir les priorités et d’assurer ensemble la planification et la mise en œuvre ;

accélérer les progrès dans les pays au moyen de mesures conjointes relatives à sept thèmes accélérateurs, qui sont des défis communs à nombre de pays et pour lesquels les mandats, les compétences et les ressources des organisations seraient en mesure d’apporter des solutions, à savoir : 1) soins de santé primaires ; 2) financement durable pour la santé ; 3) participation des communautés et de la société civile ; 4) déterminants de la santé ; 5) programmation innovante dans des cadres de fragilité et de vulnérabilité et pour la riposte aux flambées de maladies ; 6) recherche-développement, innovation et accès ; et 7) données et santé numérique. Ils collaboreront également en vue de promouvoir l’égalité des sexes et de soutenir la fourniture de biens publics mondiaux ;

harmoniser leurs stratégies et politiques opérationnelles et financières à l’appui des pays pour améliorer l’efficacité et réduire la charge des pays ; et

responsabiliser, en faisant le point des progrès accomplis et en tirant ensemble les enseignements voulus afin de renforcer la responsabilisation commune.

Les gouvernements fixent des priorités, élaborent des plans de mise en œuvre et redoublent d’efforts pour atteindre les cibles des ODD liées à la santé. La demande des pays pour le Plan d’action mondial est en hausse. « La réalisation des ODD liés à la santé est fondamentale pour le Népal. Le renforcement des soins de santé primaires et l’amélioration de l’utilisation des données pour la planification et la prise de décisions à bases factuelles sont deux accélérateurs qui nous aideront à tendre vers la réalisation des ODD », a déclaré M. Upendra Yadav, Vice-Premier Ministre du Népal.

Les organisations s’appuieront sur le Plan d’action mondial pour aider les pays à tenir les engagements internationaux qu’ils ont pris en plus des ODD, notamment sur les soins de santé primaires, à Astana, et lors de la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la couverture sanitaire universelle tenue cette semaine à New York.

Coordonné par l’OMS, le Plan d’action mondial pour permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous donne suite à l’appel lancé par l’Allemagne, le Ghana et la Norvège, avec l’appui du Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, pour une collaboration et une coordination plus efficaces entre les organisations actives dans le domaine de la santé mondiale en vue d’atteindre les ODD liés à la santé. Les 12 organisations signataires du plan sont le Fonds mondial, Gavi – l’Alliance du Vaccin, le GFF, le Groupe de la Banque mondiale, l’OMS, ONU-Femmes, l’ONUSIDA, le PAM, le PNUD, l’UNFPA, l’UNICEF et Unitaid.

Notes aux rédacteurs

Des citations des 12 chefs des organisations participantes sont présentées ci-dessous.

Seth Berkley, Directeur exécutif, Gavi – l’Alliance du Vaccin

« Gavi a vacciné plus de 750 millions d’enfants depuis l’an 2000, un formidable accomplissement qui n’aurait jamais été possible sans avoir collaboré avec une grande partie des 12 organisations dans le cadre d’une Alliance », a déclaré le Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de Gavi, l’Alliance du Vaccin. « Nous savons ce qu’il est possible de réaliser grâce à de solides partenariats, mais aussi tout ce qu’il est encore possible de faire pour atteindre ceux qui n’ont pas accès à la santé. Une collaboration judicieuse peut devenir un levier pour étendre les soins de santé primaires et, consécutivement, la couverture sanitaire universelle. C’est pourquoi ce nouveau plan est si important : il réunit certains des plus grands acteurs de la santé mondiale pour créer les conditions nécessaires pour améliorer la santé et le bien-être de tous. » 

Dr Muhammad Ali Pate, Directeur, Mécanisme mondial de financement de l’initiative Toutes les femmes, tous les enfants (GFF)

« Le Mécanisme mondial de financement soutient le Plan d’action mondial, car il reconnaît que la collaboration doit être nouée au niveau national en partant des besoins et des priorités de chaque pays. Notre collaboration doit avoir deux objectifs : faire des progrès plus rapides pour les franges les plus défavorisées et faire en sorte qu’en tant qu’organismes de développement, tout notre soutien aille aux pays afin qu’ils renforcent leurs systèmes de santé et de financement. » 

Peter Sands, Directeur exécutif, Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

« Notre calcul est simple : le Fonds mondial est un partenariat, et mieux nous collaborons avec nos partenaires, plus nous nous coordonnons avec eux, plus grand est l’impact que nous pouvons avoir » a déclaré Peter Sands, Directeur exécutif du Fonds mondial. « Nous nous engageons à jouer notre rôle pour faire du Plan d’action mondial une réalité. » 

Gunilla Carlsson, Directrice exécutive par intérim, Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA)

« Le Plan d’action mondial doit amener à renforcer les investissements dans les initiatives conduites par les communautés, partout dans le monde, car quand les communautés ont plus d’autonomie, les résultats suivent. Dans la riposte au sida, la mobilisation communautaire et la prise en main par la population ont amélioré le recours aux services de prévention et de traitement du VIH, réduit la stigmatisation et la discrimination et renforcé la protection des droits humains. L’autonomisation des communautés est appelée à jouer un rôle central pour améliorer la santé pour tous. » 

Achim Steiner, Administrateur, Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

« Le Plan d’action mondial est le type de partenariat à l’échelle du système qui peut aider les pays à progresser plus rapidement sur la voie du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et à concrétiser la promesse de la santé et du bien-être pour tous. » 

Natalia Kanem, Directrice exécutive, Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA)

« Pour favoriser pleinement la santé et le bien-être tout au long de la vie, il est essentiel de veiller à ce que les systèmes de santé puissent fournir des services de santé sexuelle et reproductive à toutes les femmes et à tous les jeunes. Le Plan est notre feuille de route collective pour instaurer une couverture sanitaire réellement universelle en mettant en œuvre de nouvelles modalités de collaboration, conformément aux besoins et aux priorités des pays, de sorte à rendre ces services accessibles à tous. » 

Henrietta Fore, Directrice exécutive, Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF)

« Des millions d’enfants et de jeunes vulnérables meurent par manque de médicaments et de services de santé. En renforçant les soins de santé primaires, nous améliorons notre capacité à atteindre tous les enfants, jusqu’au dernier » a déclaré Henrietta Fore, Directrice exécutive de l’UNICEF. « Nous nous engageons à œuvrer ensemble, avec les gouvernements et les partenaires, afin de garantir que cet objectif se concrétise un jour. » 

Lelio Marmora, Directeur exécutif, Unitaid

« L’innovation est indispensable pour atteindre les objectifs mondiaux en matière de santé. En travaillant ensemble, nous nous inspirons les uns des autres, nous générons de nouvelles idées, et nous harmonisons notre démarche pour surmonter les défis sur le terrain » a déclaré Lelio Marmora, Directeur exécutif d’Unitaid. « Grâce au Plan d’action mondial, notre action est appelée à avoir un plus grand impact. » 

Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive, Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU-Femmes)

« D’ici à 2030, nous souhaitons que davantage de femmes et de filles soient en mesure de prendre des décisions éclairées, aient le contrôle de leurs corps, de leur santé et de leur avenir, et accèdent aux services de santé reproductive et maternelle. Elles doivent pouvoir vivre une vie sûre et prospère, sans aucune forme de violence, et bénéficier d’une législation contre les discriminations. Le Plan d’action mondial peut orienter une action collective de transformation en faveur de l’égalité des sexes pour faire de ce projet une réalité. » 

Annette Dixon, Vice-Présidente, Développement humain, Groupe de la Banque mondiale

« Nous considérons que l’investissement dans la santé est vital pour les pays désireux de renforcer leur capital humain. En collaborant plus efficacement avec les pays partenaires et en rendant compte de notre action, en particulier au niveau national, nous pourrons progresser plus rapidement vers les objectifs de santé pour tous et d’égalité des chances. » 

David Muldrow Beasley, Directeur exécutif, Programme alimentaire mondial (PAM)

« Le monde ne sera pas libéré de la faim tant que les gens n’auront pas accès aux services nécessaires pour être en meilleure santé. Ces objectifs sont indissociables. C’est pourquoi le Programme alimentaire mondial s’engage à collaborer avec nos gouvernements et nos partenaires, à l’échelle planétaire, pour faire des progrès plus rapides vers un monde dans lequel les gens sont en meilleure santé et mieux nourris. » 

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général, Organisation mondiale de la Santé (OMS)

« Le titre du plan, Une collaboration renforcée pour une meilleure santé, ne doit rien au hasard », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. Et d’ajouter : « Si la collaboration est la voie empruntée, la destination, c’est-à-dire le but recherché, est bien d’avoir un impact. La publication de ce plan marque le début, et non la fin, du chemin. »

www.who.int


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)