Quatre organisations réclament la revalorisation du fonds d’appui à la presse conformément aux résolutions des journées de réflexion

, par  masterEveil , popularité : 14%

La presse éclame l’application des résolutions issues des journées de réflexion et lancent un appel à l’unité de la profession

Quatre organisations professionnelles des journalistes ont célébré ensemble le 3 MAI, Journée internationale de la presse : le Syndicat des journalistes mauritaniens, l’Association des journalistes mauritaniens, L’Union des Sites électroniques mauritaniens, et le Regroupement de la Presse mauritanienne, autour d’un Diner débat à Mauricenter sur le thème : « Rôle des journalistes dans la préservation de la paix sociale »

Allocution d’ouverture du Président du Comité d’organisation : Mamoudou Sy
« Monsieur les Représentants du Ministère chargé des Relations avec le Parlement et de la Société civile

"Monsieur le Représentant de la HAPA
Monsieur le Représentant de L’UNESCO (Rabat)
Messieurs les Représentants des partis politiques
Messieurs les représentants des organisations professionnelles des journalistes
Chers invités

Permettez moi tout d’abord de vous souhaiter la bienvenue à ce diner débat organisé, à l’occasion du 03 mai, journée internationale de la presse.
En effet, la rencontre des principaux responsables des média africains qui s’était déroulée à Windhoek (Namibie) en 1991, avait achevé ses travaux par l’adoption d’une déclaration dite : « la Déclaration de Windhoek sur la promotion de média indépendants et pluralistes ».
En décembre1993, l’Assemblée générale des Nations Unies instaure le 03 Mai, Journée mondiale de la liberté de presse. Ainsi chaque année, le 03 mai est célébré par tous les pays épris de paix et de démocratie.
IL faut rappeler que : « La Déclaration de Windhoek met l’accent sur la promotion d’une presse pluraliste, libre et indépendante, et la préservation de la démocratie au sein d’un État, ainsi que pour le développement économique ». Pour la Mauritanie, ces dernières années, le pouvoir a procédé à certaines réformes allant dans le sens de plus de liberté, et de l’élargissement du pluralisme, et a soutenu l’organisation des journées de réflexion l’année écoulée.
Il faut saluer la mobilisation de tous les média (sites électroniques, tv et radios privées ainsi que la presse écrite) et l’unité de la profession durant ces quatre jours de réflexion fructueuse.
Il importe néanmoins de souligner que les travaux de ces journées sont restées lettre mortes.
Ainsi nous souhaitons et demandons avec insistance :
1-L’application des résolutions issues des journées de réflexion notamment :
2 -La levée de la mesure suspendant les abonnements et les publicités qui frappent durement tous nos médias
3 -La mise en place d’une maison de presse
4 -la revalorisation du fonds d’appui à la presse conformément aux résolutions des journées de réflexion
5 – La signature du contrat programme avec la Radio et la TVM, l’adoption de la révision du statut juridique de l’AMI, et la revalorisation des salaires dans les médias public et privés
6- Revoir la Régulation, précisément la HAPA, en mettant en exergue le rôle, la composition, la qualité de ses membres, et la représentation des associations professionnelles des journalistes
7-L’allégement des cahiers de charge des TV ET RADIOS Privées
8)- Revoir les modalités de l’attribution de la carte de Presse
9-Mise en place d’un Conseil national de presse
Il s’agit de renforcer le pluralisme et la diversité des Médias, notamment la promotion des langues nationales pour consolider notre unité.
Enfin le thème central du diner débat porte sur : « Le Rôle des médias dans la préservation de la paix sociale », c’est un sujet actuel, en tenant compte de la situation que traverse notre pays. La presse peut contribuer à l’apaisement de la situation si elle met en avant l’éthique et la déontologie"

.