Qui est cette européenne qui a débarqué à Nouakchott comme en Iran ?

, par  masterEveil

C’était samedi dernier. Déjà dans l’avion, en classe prolétaire, son étrange regard m’avait frappé. Elle cherchait où mettre son sac en cabine vu que les africains voyagent toujours avec plusieurs sacs et la place censée être la vôtre est toujours occupée si vous n’entrez pas parmi les premiers.
C’est une jeune femme, relativement élancée à moins que cela soit l’effet des talons. Les cheveux châtains, attachés pour rafraîchir le cou, le visage d’un ovale régulier, ni d’une beauté hors norme ni d’un commun passager, elle aurait pu être manifestement jolie si elle ne semblait pas avoir tout fait pour passer inaperçue…
Elle était parfaitement élégante, vêtue de noir de la tête aux pieds. On ne voyait que ses mains, son visage gentil et surtout son regard qui malgré le voile d’un observateur discret qui ne laisse rien briller, semblait flotter comme si elle bouillonnait de l’intérieur telle une jeune aventurière n’ayant jamais mis les pieds dans une république islamique telle qu’elle l’imaginait.
Elle était l’incarnation de l’appréhension… Elle tournait la tête de gauche à droite comme un scanner en fixant des traits vivants qu’elle semblait découvrir pour la première fois après les avoir tant imaginés. Il faut dire que sur le segment Casa-Nouakchott dans la RAM, le vol n’est pas avare en gueules au noble sens du terme.
On y trouve des personnages habités, des expressions d’un autre âge mais surtout des regards prêts à étinceler : ceux de mauritaniens et de mauritaniennes gonflés à bloc et toujours prêts à en découdre avec les étrangers en général mais surtout le personnel de la RAM.
Certains de nos compatriotes sitôt de retour vers la réserve de mauritaniens, veulent faire payer au monde entier ce qu’ils semblent avoir subi en mettant le nez dehors à savoir le regard étrange face des personnages sortis d’un autre temps. Des rois et reines sans couronne ni quelconque étiquette, maîtres d’un orgueil démesuré qu’ils appellent fierté et dont l’unique fondement est de n’avoir aucune idée de l’image qu’ils renvoient au reste de l’humanité dont ils se foutent pas mal puisque c’est connu les mauritaniens sont le centre de la finesse de l’esprit, du savoir, de la créativité et du bon goût.
Bilan, après avoir essuyé des regards curieux durant tout leur séjour à l’étranger, ils se débarrassent de cette humiliation en cherchant l’affrontement à base d’impolitesse et autres provocations. L’esprit qui les pousse à cette morgue, c’est qu’ils se disent que la RAM gagne de l’argent en allant à Nouakchott si souvent donc elle n’a qu’à se tenir tranquille avec les mauritaniens qui vont chez eux et si un étranger vient réclamer sa place, ou demande un peu de politesse, il sera regardé comme moins que rien appartenant à un pays dégénéré où les homosexuels ont le droit de se marier et si c’est une femme, on la regardera si elle est européenne comme une fille facile.
C’est là le témoignage de plusieurs étrangers.
Cette inconnue n’a pas eu droit à ce traitement car elle était...

Lire la suite chez VLANE