Référendum : Large mobilisation du gouvernement sur fond de chantage administratif

, par  masterEveil , popularité : 10%

C’est le 5 août prochain que le référendum constitutionnel, initialement prévu le 15 juillet, devra se tenir, suivant la décision du conseil des ministres, faite sur la base d’une demande de la Ceni, de prolonger (trois fois) le recensement administratif à vocation électorale destiné à mettre à jour les listes électorales qui datent de 2014.
En effet, les Mauritaniens ne se bousculent pas pour s’inscrire sur ces listes et une faible participation pourrait nuire à la crédibilité du scrutin.

Le gouvernement fortement mobilisé

En attendant, c’est la grande mobilisation au niveau des cercles gouvernementaux et des administrations, qui multiplient les réunions et les appels, pour emmener le personnel public à s’inscrire sur les listes électorales et à voter massivement le jour du vote, afin d’assurer l’adoption populaire des amendements constitutionnels.
Les départements gouvernementaux mènent à ce propos des campagnes internes en faveur des amendements constitutionnels, au sein des ministères.
« Nous avons pris connaissance d’informations, selon lesquelles, les opposants, très présents dans l’administration publique, œuvrent pour faire échouer le référendum constitutionnel », ont déclaré certains directeurs au cours de réunions tenus avec les cadres et employés, relevant de leur autorité.
Ces directions gouvernementales auraient également appelé leur personnel inscrit à présenter individuellement, des reçus, attestant l’enregistrement sur la liste électorale de 20 électeurs, parmi leurs parents, amis et connaissances.

Le personnel de la CNSS appelé à s’inscrire sur la liste électorale

La ministre de la fonction publique, du travail et de la modernisation de l’administration Mme Coumba Ba, a appelé, à l’instar de ses autres collègues qui battent campagne au sein de leur département ou dans leur s fiefs, a cours d’une récente réunion, les cadres et les employés de la CNSS, à s’inscrire sur la liste électorale.
La ministre a insisté au cours de cette rencontre, sur l’importance du référendum sur les amendements constitutionnels.
Vous êtes tous appelés, ainsi que vos familles et vos connaissances, à vous mobiliser et à partciper fortement, à cette consultation populaire, pour le succès du « Oui », qui à valeur de dévoir national, a-t-elle dit.

Les forces armées et de sécurité sommées de s’inscrire

Les Chefs d’état-major de l’armée et de la sécurité ont imposé aux membres des forces armées et de sécurité de se faire enregistrer sur la liste électorale, révèlent des sources, selon lesquelles, l’armée a ouvert des centres de recensement électoral et ses chefs ont déclaré être prêts à aider tous ceux qui veulent retirer rapidement leurs cartes d’identités auprès de l’agence chargée des documents sécurisés et de l’état civil.
Les directives des chefs militaires s’adressent à tous les services de sécurité : armée de terre, mer et air, gendarmerie, police, gardes, circulation routière. Les sources ajoutent que les dirigeants menacent de sanctions ceux qui refusent l’inscription sur les listes électorales.
Les autorités mauritaniennes engagent actuellement une vaste campagne, à grande échelle, pour que les citoyens s’inscrivent sur la liste électorale.
C’est ainsi que les ministres, les directeurs des établissements et sociétés privées ont demandé à leurs employés de s’inscrire impérativement sur les listes électorales.

Nouvelle prorogation du Ravel

La Ceni a prorogé d’une semaine, le recensement administratif à vocation électorale. Cette prorogation est la troisième faite par la CENI, depuis le début du processus électoral.
Pour rappel, ce recensement complémentaire est organisé en prélude du référendum du 5 Août prochain. Cet énième lifting de la constitution du 20 juillet 1991, prévoit la suppression de la chambre haute du parlement (Sénat), entre autres révisions.
Rappelons que ce référendum voulu par le président Mohamed Ould Abdelaziz est destiné à modifier la Constitution en supprimant le Sénat, en créant des conseils régionaux élus, en supprimant la Haute Cour de Justice, le Haut Conseil islamique et le médiateur de la République, tous trois intégrés dans le Conseil supérieur de la fatwa. Enfin, deux bandes rouges seraient adjointes au drapeau mauritanien et quelques paroles, rajoutées à l’hymne national en hommage aux martyrs de la nation.

Avec agences


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)