Ressources mobilisées contre le VIH/SIDA et la tuberculose en Mauritanie

, par  Webmastrer , popularité : 23%

Une volonté politique ferme au plus haut sommet de l’Etat en Mauritanie a permis une hausse constante des ressources publiques internes consacrées à la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et la malaria, a déclaré mardi, Dr N’Dougou Sala Bâ, secrétaire exécutive du Comité national de lutte contre le VIH/SIDA. 

La responsable nationale de lutte contre le VIH/SIDA a tenu ces propos dans son allocution prononcée à l’occasion de l’ouverture de la réunion du Comité consultatif d’experts de l’Observatoire du VIH/SIDA en Afrique (Awa).
Cette rencontre prépare un sommet des chefs d’Etat de l’Ua sur la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et la malaria, prévu fin juin 2014 à Malabo (Guinée équatoriale).
Selon Dr N’Dougou, « grâce à cette allocation croissante, les ressources internes sont passées progressivement de 3% à 30% au cours des quatre ans, permettant la prise en charge gratuite et complète des patients atteints des trois maladies : le SIDA, la tuberculose et le paludisme’.
Poursuivant, elle a indiqué que : ’cette prise en charge couvre les services de diagnostic (réactifs et consommables), de traitement (avec une disponibilité constante de médicaments antirétroviraux, antituberculeux, ACT et anti-infections opportunistes et contre les affections récurrentes), en plus de l’appui nutritionnel et du soutien socioéconomique allant jusqu’à la promulgation d’une loi pour la protection des droits des Personnes vivant avec le VIH/SIDA (PVVIH) et l’implication des personnes infectées ». Le taux de prévalence du VIH/SIDA en Mauritanie reste relativement bas. Il est de 0,7%.
Quant à la prévalence de la tuberculose, elle reste imprécise, mais une source proche du programme national de lutte contre cette pathologie la situe à 149/100.000 habitants.
Pour le paludisme, les progrès des dernières années ont permis d’atteindre le taux de 6,5%.


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)