Sondage : Les parlementaires de la CEDEAO pour le retour de la Mauritanie

, par  masterEveil , popularité : 9%

En dépit des obstacles qui entravent l’adhésion de la Mauritanie à la communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), un sondage réalisé par deux instituts spécialisés a révélé que 73% des parlementaires de ces pays sont en faveur de l’adhésion de cette République qui avait quittée cette organisation en 2000.

Se référant à un sondage supervisé par deux instituts français, “Opinion et Région” et “IPSE”, spécialisés dans les études stratégiques et sécuritaires, le quotidien a précisé que la majorité écrasante des parlementaires des États ouest-africains soutiennent l’adhésion de la Mauritanie à la CEDEAO et rejettent celle de l’Algérie. En effet, les résultats du sondage en question ont révélé que 68% des parlementaires ouest-africains sont contre la présence de l’Algérie au sein de cette instance économique régionale, tandis que la Tunisie est soutenue par 73% des voix.

Les mêmes résultats ont également montré que 75% des parlementaires de l’organisation sont en faveur de l’adhésion du Maroc.

“L’adhésion du Royaume à la communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) aura un impact positif sur cette organisation intergouvernementale ouest-africaine”. Les 25% restants émettent seulement des craintes à propos de cette adhésion, rapporte le quotidien Akhbar Al Youm dans son édition de ce jeudi 02 août.

Ces données statistiques conclues par les instituts de sondage français ont ainsi clairement montré que le Maroc demeure bien accueilli au sein de la CEDEAO. L’adhésion devait être officialisée lors du Sommet de la CEDEAO qui avait eu lieu en 2017 à Lomé.

Dans ce sillage, le quotidien rappelle que le Maroc avait obtenu l’accord de principe des pays membres de la CEDEAO, en juin 2017 à Monrovia au Liberia, au sujet de la demande d’adhésion que Rabat avait formulée en février de la même année. Depuis lors, s’interroge le quotidien, le flou entoure le sort de cette adhésion, qui devrait concerner la libre circulation des biens, des services, des capitaux, mais aussi des personnes. Mais le chantier est immense et demande un long processus d’harmonisation et d’études. La communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), rappelle-t-on, est une organisation intergouvernementale ouest-africaine créée le 28 mai 1975. Son objectif est de promouvoir la coopération et l’intégration en vue de favoriser une union économique et monétaire ouest-africaine.

Le360.ma


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)