TPMN dénonce les nominations racistes de la police

, par  masterEveil , popularité : 16%

Ce samedi 28 Janvier, Touche pas à ma nationalité a appris avec une grande indignation les nominations au sein de la police nationale si on peut l’appeler ainsi puisque n’ont été nommés que des membres de la même communauté arabo- berbère.

Ce comportement raciste et fasciste ne date pas d’aujourd’hui, à plusieurs reprises notre organisation a dénoncé avec vigueur cette forme d’Apartheid. En Septembre 2012 le vaste mouvement au sein de la police ( nominations et permutations) concernaient à 100% la seule communauté beydane, le même scénario se reproduisait sans gêne en Janvier 2014.

L’attitude du système traduit clairement la volonté d’exclure totalement les noirs. Cette discrimination flagrante et planifiée s’opère dans tous les secteurs : administration, l’armée, la police, la justice, l’économie...

Dans ces conditions nous reposons la même question à savoir la place et l’avenir des noirs de Mauritanie ( peuls, wolof sur, soninke et bambara) dans cette Mauritanie d’Apartheid où ne sont considérés comme citoyens que ceux qui parlent hassaniya.

Une fois de plus nous réaffirmons notre position à savoir la sécession du Sud de la Mauritanie par tous les moyens possibles comme l’unique solution pour préserver nos communautés du danger que constitue le système raciste dont le seul objectif est de faire de la Mauritanie un pays entièrement arabo- berbère.

Par la voix de son leader Abdoul Birane Wane, Touche pas à ma nationalité condamne avec vigueur cette forme de racisme plus grave que l’Apartheid et appelle les noirs à prendre conscience de ce danger et à prendre enfin leurs responsabilités en se prononçant pour l’indépendance totale du Sud de la Mauritanie.

La cellule de communication


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)