Touba a refusé du monde pour le Grand Magal 2020

, par  masterEveil , popularité : 0%

Malgré la pandémie du Covid-19, les fervents mourides n’ont pas failli à leur devoir de se réunir dans la ville sainte de Touba, ce mardi, pour le pèlerinage du Grand Magal. Comme chaque année, des milliers de musulmans l’ont célébré, en rendant un vibrant hommage à Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur de la confrérie et à tous les dignitaires.

Malgré toutes les craintes liées à la pandémie du Covid-19, des milliers de pèlerins ont convergé, ce mardi matin, vers la Grande Mosquée de Touba, à l’occasion du Grand Magal, manifestation religieuse commémorant le départ en exil au Gabon du fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba, le 12 août 1895.

Comme depuis plus d’un demi-siècle, de longues files de pèlerins se sont formées sur plusieurs dizaines de mètres devant la Grande Mosquée de la cité religieuse, pour les besoins du traditionnel recueillement au mausolée du fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927), ainsi que les différents khalifes généraux de la confrérie. Les mausolées de Serigne Modou Moustapha, Serigne Fallou, Abdou Khadre, Serigne Saliou, Serigne Mourtalla…, ont aussi refusé du monde.

Cette célébration annuelle a pour but d’honorer le fondateur de la confrérie des Mourides, l’ordre religieux le plus influent du pays. Ce rassemblement suscite, cette année, des inquiétudes sur des risques de contaminations au Coronavirus. « En ce qui concerne le Covid, j’ai vu un bon nombre de personnes suivre les mesures barrières, comme l’a demandé le khalife (chef de la confrérie Mouride). Ils portent le masque, respectent les règles, respectent la distanciation, utilisent le désinfectant pour les mains qui est fourni à l’entrée de la mosquée. Je pense que les mesures sont respectées », a déclaré Ousmane Badji, un pèlerin.

« Je ne pense pas que la crise du Covid-19 ait réduit la fréquentation de la fête du Grand Magal de Touba, comme le montrent les grandes foules dans la ville, ces derniers jours. Nous prions Allah de nous accorder chaque année l’opportunité de célébrer le Grand Magal, et de rendre hommage au fondateur du Mouridisme », avance Mame Diarra Wade.

Afrik.com


Echos&Confi

Les femmes bien loties dans le (...)