samedi, juillet 20, 2024
Google search engine
AccueilActuEsclavage foncier en Mauritanie : Tout savoir sur ce qui s'est passé...

Esclavage foncier en Mauritanie : Tout savoir sur ce qui s’est passé à R’Kiz

7 femmes et 14 hommes, anciens esclaves de la tribu Tajakant, entament une deuxième semaine de garde à vue à l’intérieur des cachots insalubres du commissariat de police de Rkiz, après une expression de mécontentement sans violence, contre la spoliation de leurs terres de culture, au profit des maîtres d’hier. La détention préventive pour les besoins de l’enquête incarne, ici, un abus de pouvoir et une violation flagrante du code de procédure qui précise un délai de 48h, renouvelable une seule fois. En sus de l’internement indument prolongé, les pauvres paysannes et paysans subissent la torture multiforme : Les tortionnaires leur infligent des sévices corporels, la marche forcée, les bastonnades et les insultes. Ils empêchent, les otages, de se servir de moustiquaires et les sèvrent de diner. L’une des femmes retenues, en l’occurrence madame Sarra Abbah est privée, depuis son incarcération, de voir et d’allaiter sa fillette de 7 mois ; d’ailleurs, l’époux et père se retrouve aussi en geôle, au titre des mêmes griefs.

Les prisonniers ne sont autorisés à recevoir que leurs maîtres ou des proches de ces derniers, en somme les dignitaires tribaux du cru, les propriétaires de domaines terriens et quelques personnalités d’influence dans les hautes sphères de l’Etat et du parti au pouvoir, tel le maire de Rkiz Mohamed ould Ahmedoua et le richissime homme d’affaires Elhassen ould Cheikh. D’une cellule à l’autre, le ballet des émissaires issus de la réaction ethno-tribale parcourt le lieu, en vue de semer la mésentente, le doute et la discorde, parmi les protestataires. Le camp des conservateurs, bien implanté au centre de l’appareil d’Etat, cherche, comme d’accoutumée, à diviser, corrompre, intimider et démoraliser le mouvement spontané des descendants d’esclaves, en butte à l’expropriation. La police et le ministère public supervisent les conciliabules susmentionnés, au service du statuquo. Il convient de le préciser, que 4 membres de l’Ong Ira, également arrêtés et battus ont rejoint le groupe des premiers captifs au sein du commissariat.

Le substrat

Le 7 février 2024, date du déclenchement de la réprobation pacifique, des unités de la police anti-émeute rejoignent Rkiz, de Nouakchott la capitale, afin de mater la potentielle rébellion de très nombreux descendants d’esclaves noirs, de moins en moins enclins à tolérer la reproduction, à leurs dépens, de l’ordre féodal et de ses passe-droits et privilèges. Ainsi, sera réprimé, avec brutalité, le soutien de l’Ong Ira, à la lutte des agriculteurs évincés. 2 blessés graves furent évacués, à Nouakchott, le 7 février 2024. Pire, les forces de l’ordre et le parquet refusent, de délivrer des réquisitions permettant, aux praticiens de la médecine légale, d’établir les motifs et la nature du traumatisme qu’endurent Mohamed Boushab et Mohamed Nouh. Le premier, frappé au crâne, a perdu beaucoup de sang. Le second souffre de voies de fait, aux jambes et mains, d’où une perte d’autonomie à la motricité.

Les autorités du département de Rkiz et de la région du Trarza s’abstiendront de requérir le secours d’une ambulance alors que 200 km séparent, la localité, de la capitale. Et ultime provocation, un impressionnant dispositif de sécurité entourait l’hôpital de Nouakchott depuis l’avis d’évacuation chaotique des suppliciés. Une nuée de policiers surarmés, envahira l’espace, dès l’approche du convoi. Les accompagnateurs, empêchés de rentrer, restaient aux abords. Les médecins obtempéraient à l’injonction des officiers de police, qui les obligeait à limiter les soins et leur enjoignait de pousser, les patients, à quitter les urgences. Il s’agissait, là, de raccourcir la phase d’observation médicale. La plupart des infirmiers et aides-soignants trahissaient la peur de porter assistance aux activistes.

L’enjeu ponctuel

Les autorités policières, judiciaires et administratives misent sur un essoufflement des ressources matérielles d’IRA laquelle subvient aux besoins vitaux des résistants quand ils affluent, à Rkiz, de diverses contrées de la Mauritanie, avides d’apporter leur contribution à asseoir et enraciner l’égalité du droit à l’appropriation des aires de culture. Le pouvoir exécutif bloque le cours de la justice et perpétue la peine des victimes. L’obstruction, la violence, l’incertitude et le recours abusif aux expédients de police élémentaire tentent de substituer, le droit commun de la délinquance, à la réalité d’un conflit politique. Ce faisant, les représentants du gouvernement des militaires grimés en civils veut obtenir, d’abord, une capitulation des rebelles. Ensuite, il deviendra plus aisé, de maquiller l’évènement initial avant de diffuser sa version déformée, dans une opération de propagande, dont ils maîtrisent les arcanes bien mieux que les spécialistes staliniens de la désinformation.

Le litige de Rkiz menace les acquis de la domination séculaire car son effet de démonstration risque d’inspirer le soulèvement des descendants d’esclaves, un peu partout sur le territoire, donc au-delà du peuplement maure. C’est à ce titre que la quasi-totalité des tribus héritières de traditions d’exploitation et de trafic des humains ont entrepris de se liguer, en vertu de l’esprit de corps et de l’identité de destin. Or, les incidents du genre ne vont tarder à se multiplier, à cause de la démographie et de la pression conséquente sur les parcelles arables.

Epilogue provisoire

Le 9 février 2024, après avoir tenté, en vain, de corrompre les prisonnières et prisonniers, voire les membres de leurs familles encore libres, les notables ci-devant, sous la houlette des fonctionnaires de l’administration, du personnel des tribunaux et des agents de la contrainte publique se réunirent à la municipalité de Rkiz. Selon les intrigues ataviques du maire Mohamed ould Ahmedou, la rencontre s’acheva sur le choix de susciter un imposant attroupement, le lendemain 10 février, en guise de démonstration de puissance. Le jour dit, les conjurés, à visage découvert, se relayaient, devant une foule acquise, autour de la tribune pourtant réservée aux cérémonies d’Etat.

L’assemblée décide de contrarier l’immixtion d’IRA et de son dirigeant Biram Dah Abeid dans les contentieux du département. Elle s’assigne cette mission, sans autre point à l’ordre du jour. Ainsi, à coups de millions d’ouguiya et de promesses, la mobilisation des populations et des leaders de la communauté Hratine de Rkiz et des environs couvre 24h, avant l’étalage du nombre et du parc automobile. Fortement encouragée et encadrée par les délégués du pouvoir et les élus de son parti Insaf, l’initiative devait frapper les esprits. A titre d’exemple, sa hiérarchie somme, le gouverneur de région, de battre le rappel du peu de cadres d’extraction servile, natifs de Rkiz. A ceux-là, il est demandé de porter la contradiction aux meneurs du mouvement d’émancipation. Face à l’impopularité de la démarche, les organisateurs contournent le désaveu grâce à une gigantesque opération de convoyage, vers le rassemblement, de centaines de Hratine toujours sous la houlette de leurs maîtres. Durant le vaudeville bédouin, la parole est accordée aux descendants d’esclaves les plus zélés à la défense du système de caste et de la tenure traditionnelle du sol.

Ouvertement dressés à vitupérer Biram Dah Abeid, les orateurs Hratine exécutent la commande suivant les fantasmes et préjugés liberticides de leurs propriétaires : Ils dénoncent, pêle-mêle, le prix des Nations-Unies pour les Droits de l’Homme dont il fut lauréat en 2013, la distinction du doctorat honoris causa à l’université catholique de Louvain (Belgique, février 2019). Quelques-uns déduisent, de l’accoutrement et du cérémonial de circonstance en cette occasion historique, que le député et son épouse Leila ont abjuré l’Islam et représentent, alors, un danger envers les leurs, c’est-à-dire la progéniture des gens inférieurs. Les auteurs des oraisons, préparés à dessein, se livraient à l’éloge élastique de leurs seigneurs et bienfaiteurs, surtout le maire Mohamed ould Ahmedouwa et le marchand Elhacen ould Cheikh. D’aucuns réclamaient, au Président de la République Mohamed ould Cheikh Ghazouani, la censure, à Rkiz, de l’activisme de d’IRA et de Biram Dah Abeid. D’une voix, à l’unisson, ils déclaraient ne plus tolérer que la mouvance abolitionniste s’en prenne à leurs protecteurs. Enfin, à l’unanimité, ils assuraient qu’au nom de l’Islam, l’unité et la solidarité des Hratine et de leurs anciens maîtres vaincra le danger de la subversion et de l’anarchie. Comme d’usage courant en Mauritanie, la moindre injustice passe sans objection si elle se prévaut de la foi et du sacré. Les pratiques esclavagistes des 10 siècles révolus tirent leur légitimité de l’instrumentalisation raciste de la religiosité. Cependant, au fil des épreuves, la ficelle s’use.

Dans la nuit du 11 au 12 février, les autorités et leurs alliés constatent l’échec de la contre-offensive. Les manifestants solidaires du paysannat ne cessaient de rejoindre leurs camarades aux piquets. Alors, le gouverneur de la région arrive à Rkiz. Il y visite les prisonniers et plaide, devant eux, son engagement à satisfaire les revendications antérieures au déclenchement de la crise. Ils demandaient 26 hectares sur 106 au lieu des 12 que concédaient les maîtres. Les détenus acceptèrent la proposition et quittèrent leurs cellules, munis du papier d’acquisition.

Grâce à l’entente, le pouvoir, les féodalités terriennes et les entrepreneurs de l’agro- business ont momentanément arrêté ou ralenti l’éclosion et la généralisation d’une dissidence Hratin, en milieu rural. Le répit ne durera

R’Kiz, 13/12/2024

La commission de communication

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENTABOLITIONNISTE

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments