mercredi, mai 22, 2024
Google search engine
AccueilOpinionPUD : Le ministère de l'Intérieur doit refuser la "gazra" de l'ancien...

PUD : Le ministère de l’Intérieur doit refuser la « gazra » de l’ancien secrétaire général

Le Parti Unité et Développement (PUD), parti de la majorité présidentielle dirigé, depuis sa création, par Mohamed Barro, son fondateur, s’apprête à se lancer dans la campagne présidentielle pour apporter son soutien au Président de la République, Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, comme il l’avait fait en 2019 avec un apport non négligeable dans la Vallée et à Nouakchott.

Mais l’action du Parti risque de pâtir des agissements d’un groupe d’anciens cadres et militants du parti qui, profitant de l’occupation professionnelle du président du PUD, quand il avait été amené à diriger une banque primaire de la place, ont voulu opérer une OPA sur un parti dont le Directoire et les militants sont aujourd’hui rangés derrière son président véritable.

Mohamed Barro n’est cependant pas prêt à accepter cette « gazra » qui risque de nuire à l’action du Parti au cours de la campagne présidentielle et de constituer un dangereux précédent en Mauritanie. Le PUD authentique s’apprête à prendre un siège autre que celui occupé par le SG « dissident » Cheikh Mohamed Bouya et qui traînerait des arriérés de loyers de six mois.

Faisant fi de ce qui ressemble bien à une tentative de sabotage, ni plus ni moins, le président du PUD,  Mohamed Barro, fait comme si rien n’était et vient donc d’annoncer, lors d’une conférence de presse organisée jeudi 09 mai, le soutien de son parti à la candidature de son excellence, le Président Mohamed Cheikh Ghazouani, candidat à un second mandat pour le scrutin du 29 juin 2024.

Le président Barro a justifié ce choix par les acquis du premier quinquennat du Président de la République Mohamed Cheikh Ghazouani, citant, à  titre indicatif, les actions et réalisations les plus prégnantes comme l’apaisement politique, la paix, la stabilité dans lesquelles vit le peuple mauritanien, tout entier, ceci dans un contexte sous-régional marqué par le terrorisme et le jihadisme, le renforcement de l’unité et de la cohésion sociale, la lutte contre la pauvreté, avec l’injection de 770 milliards d’Ouguiyas au profit des pauvres…

Poursuivant son propos, le président Baro s’est réjoui des engagements forts que le président de la République a révélés dans sa déclaration de candidature. Dans sa lettre de candidature, le président a placé la jeunesse et les femmes au cœur de son prochain mandat, ce dont se réjouit le président du PUD.

Abordant la vie de son parti, le président Baro a rappelé les résultats significatifs lors des élections de 2013 et de 2018. Avec aujourd’hui trois communes et 49 conseillers, le PUD reste un parti bien ancré dans le pays et reflète sa diversité. « L’unité nationale et la cohésion sociale sont nos créneaux », souligne M. Barro.

Dans la perspective de la présidentielle, indique le président Baro, « le parti mène une campagne de sensibilisation des militants et invite l’ensemble de ses militants et sympathisants à se mobiliser et à s’inscrire sur les listes électorales ensuite à voter massivement, le moment venu, pour notre candidat, Mohamed Cheikh Ghazouani ’’. « Nous œuvrons activement à la réélection du président Ghazouani au premier tour afin de lui permettre la poursuite de l’œuvre salvatrice pour la Mauritanie », affirme président du PUD.

L’OPA de l’ancien secrétaire général ne passera pas

S’en tenant à la légalité, le président du PUD se dit confiant que l’affaire de l’opa effectuée en violation des textes ne passera pas. Le ministère de l’intérieur et de la Décentralisation saisi par le biais d’un avocat commis par le Parti doit refuser l’anarchie politique et la « gazra » qui constitue un dangereux précédent.

Mais, dans tous les cas, la réalité du terrain devrait donner, elle aussi, son verdict pour dire qui est le véritable patron du PUD ? Celui qui a toujours investi – et s’est investi – pour assurer à la formation les moyens lui permettant d’exister et de mener une vie politique normale ou celui qui était, paraît-il, pris en charge lui-même par celui qu’il vient de poignarder dans le dos ?

Soutenu par 3 des 4 groupes ayant créé le PUD, en 2012, Mohamed Barro reste confiant  que l’ordre sera respecté.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments