mardi, juillet 23, 2024
Google search engine
AccueilActuLa Transition Numérique dans le Programme du Candidat Ghazouani : « Mon...

La Transition Numérique dans le Programme du Candidat Ghazouani : « Mon ambition pour la Patrie »

Mathématicienne de formation et expert de renom nouvelles technologies de l’information, l’ex première Secrétaire d’Etat dans le gouvernement mauritanien, Dr Fatimetou Mint Mohamed-Saleck, a fait en sa qualité, de membre de la commission économique de la Campagne des Anciens Ministres pour le Soutien du Candidat du Consensus National Mr Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, une contribution, une  contribution sous le thème « La Transition Numérique dans le Programme du Candidat Ghazouani : « Mon ambition pour la Patrie »

Cette Contribution à la Commission Économique dont ci-après l’intégralité s’articulera en premier temps sur l’état des lieux des réalisations de Taahoudaty dans le domaine numérique et dans un second temps sur le programme actuel « Mon ambition pour la patrie » ou « Toumouhy Lilwatan ».

Dr Fatimetou présentera à la fin de ces deux volets deux recommandations personnelles visant à maximiser les bénéfices de ces initiatives et à positionner notre pays comme un leader régional dans l’économie numérique.

Introduction :

Les technologies numériques constituent un levier extraordinaire pour accélérer le développement économique et social des nations. Elles opèrent des transformations profondes dans presque tous les domaines, offrant une opportunité sans précédent pour notre pays.

Le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a exprimé dans son adresse à la Nation du 1er mars 2019 : « Une vision avec de nouvelles ambitions où le savoir, le numérique et l’innovation jouent un rôle moteur en vue de changer le destin de tous les citoyens. »

Cette vision a engagé le Gouvernement à mettre en œuvre un programme quinquennal ambitieux, « Mes engagements » ou « Taahoudaty », qui accorde une place prépondérante au développement des technologies numériques. Ce programme vise à moderniser l’administration, à améliorer l’accès et la qualité des services publics, notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé, ainsi qu’à promouvoir le secteur privé et l’émergence d’une industrie du numérique.

Dans cette présentation, un bilan des réalisations de Taahoudaty dans le domaine numérique sera établi. Ensuite, nous explorerons la transition numérique de notre économie dans le cadre du programme actuel « Mon ambition pour la patrie » ou « Toumouhy Lilwatan ». Enfin, nous ferons des recommandations personnelles visant à maximiser les bénéfices de ces initiatives et à positionner notre pays comme un leader régional dans l’économie numérique.

I. Bilan des réalisations de Taahoudaty dans le domaine du numérique

Ces cinq dernières années ont été marquées par des avancées significatives dans le secteur numérique, en application du programme Taahoudaty et suite à la décision du Président de la République de créer un ministère dédié. Voici un aperçu détaillé des principales réalisations dans différents domaines :

1. Institutionnel, juridique et stratégique

• Création d’institutions clés :

o Haut Conseil du Numérique présidé par le Premier Ministre.

o Ministère de la Transition Numérique, de l’Innovation et de la Modernisation de l’Administration (MTNIMA).

o Agence du Numérique de l’État (AN-État).

o Autorités de régulation :

 Autorité de Protection des Données Personnelles (APD), maintenant opérationnelle.

 Autorité Nationale de Cybersécurité et d’Émission des Certificats Électroniques (ANCC), en cours de mise en place.

• Réformes juridiques :

o Ratification de la Convention de l’Union Africaine sur la Cybersécurité (Convention de Malabo).

o Révision de la loi sur la communication audiovisuelle pour établir un réseau terrestre de télévisions numériques.

o Révision du régime des activités de communications électroniques et des modalités d’octroi des licences et autorisations.

o Adoption de la « STARTUP ACT » pour encourager l’entrepreneuriat numérique.

• Stratégies et politiques :

o Agenda numérique 2022-2025.

o Stratégie de Modernisation de l’Administration 2024-2027.

o Stratégie Nationale d’Inclusion Financière 2023-2028.

o Stratégie de Sécurité Numérique 2022-2025.

o Plan exécutif pour la transformation numérique de l’éducation originelle.

o Évaluation de l’état de préparation au commerce électronique en Mauritanie par la CNUCED.

o Politique Nationale de Participation Électronique proposée par l’ESCWA.

o Stratégie de Renforcement du Haut Débit et d’Accès Universel.

o Stratégie pour la Commercialisation des Capacités Excédentaires de Connectivité vers les pays de la région.

o Stratégie Nationale d’IPv6.

o Stratégie de fourniture de services aux zones frontalières non couvertes.

o Projet de Stratégie Nationale de l’Intelligence Artificielle 2024-2029.

2. Modernisation de l’administration

• Dématérialisation des procédures administratives : regroupées sous le portail procedures.gov.mr, avec la digitalisation des moyens de paiement en cours.

• Développement de plateformes numériques : pour les Ministères, la gestion automatisée du Conseil des Ministres (objectif Papier Zéro), pour les applications de l’Agence de l’État Civil, du Registre de Population et des Titres Sécurisés (HOUWIYETI) ainsi que pour d’autres administrations comme la Commission Nationale des Concours ou pour les candidatures aux examens nationaux, …

• Modernisation et sécurisation des communications notamment entre les démembrements de l’administration du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation.

• Acquisition d’un système de visioconférence pour l’Intranet du Gouvernement.

• Modernisation des portails web ministériels.

• Systèmes de gestion électronique :

o Gestion électronique du courrier (E-Parapheur : KITAB).

o Gestion électronique des documents et archives de l’Administration (adoption de SharePoint). 3. Infrastructures numériques

• Mise à niveau et extension du Réseau Intranet Administratif haut Débit (RIAD) en fibre optique.

• Construction du Datacenter National « Nouakchott Data Hub » en cours.

• Préparation du DAO pour la construction de la seconde liaison par câble sous-marin à Nouadhibou.

• Accord de financement avec la Banque mondiale pour le programme régional d’appui et lancement du WARDIP-Mauritanie (Projet Régional d’Intégration Numérique en Afrique de l’Ouest).

• Planification de l’extension du réseau Backbone national : 4000 km additionnels planifiés et un taux de couverture des réseaux mobiles de 95 %.

• Négociations avancées avec des opérateurs satellitaires internationaux pour une couverture totale du territoire national en accès Internet haut débit et en GSM (ARABSAT, STARLINK).

• Déploiement de la 4G sur le tronçon « N’diago à Ould Yengé » de l’axe frontalier « N’diago à N’beikit Lahwache » devant couvrir 42 localités (environ 5 % de la population du sud et sud-est).

• Mise en place du premier Hub d’innovation technologique, IBTIKAR Hub, en Mauritanie.

• Augmentation des capacités Internet: passées de 54 Gbps en 2019 à plus de 100 Gbps.

• Amélioration significative des services télécoms: réduction des coûts des services data (internet) de 50 % pour le fixe et de 25 % pour le mobile.

4. Capital humain et innovation

• Création de l’Institut Supérieur du Numérique.

• Ouverture de cursus TIC et Data Sciences dans les structures académiques existantes.

• Programme de Master en Intelligence Artificielle : en cours de mise en place.

• Lancement du Passeport Numérique : proposant une certification en compétences.

• Étude de faisabilité de l’École 42 : achèvement de l’étude, mobilisation des financements et construction du local en cours ;

• Développement de la recherche scientifique appliquée : en particulier dans les domaines du numérique dont l’intelligence artificielle et les sciences des données ;

• Développement accru des solutions de paiement mobile désormais autorisé aux fintechs, aux opérateurs de Télécom en plus des banques primaires ;

• Émergence d’un écosystème de l’innovation, en de cours de structuration, avec un très fort potentiel dans l’économie numérique ;

• Participation internationale : sélection de dix startups mauritaniennes pour participer au GITEX Africa tenu à Marrakech en mai 2024. Deux de ces startups ont franchi l’étape des demi-finales du Supernova Challenge dans les catégories FinTech & Blockchain ainsi que Durabilité et AgriTech. Ces réalisations attestent de l’engagement de notre administration dans la voie de la modernisation et établissent une base solide pour la poursuite de la transformation numérique de notre pays.

II. La Transition numérique dans le programme actuel Toumouhy Lilwatan

Le programme du Président Ghazouani, Toumouhy Lilwatan, est ambitieux et prévoit pour les cinq prochaines années de consolider les acquis et d’engager des réformes structurelles visant à rendre l’économie plus productive et performante, en misant sur le développement de l’économie numérique comme l’un de ses piliers essentiels. Le numérique joue un rôle crucial dans la modernisation de notre administration et dans l’amélioration de la compétitivité de l’économie, offrant des opportunités de développement, d’innovation et d’emplois indispensables pour soutenir une économie performante et durable.

Au cours du premier mandat du Président Ghazouani, une attention particulière a été portée au numérique, notamment par :

• Le déploiement des premiers e-services publics ;

• L’amélioration des infrastructures de communication ;

• Le développement du secteur privé du numérique ;

• L’augmentation de la bande passante ;

• La réduction des coûts d’accès ;

• La promulgation d’une loi sur les startups technologiques et innovantes (STARTUP ACT), offrant des avantages fiscaux et des aides publiques.

Ces débuts du développement du numérique sont prometteurs. Néanmoins, plusieurs défis persistent, tels que le coût encore relativement élevé des télécommunications, le débit internet souvent insuffisant, et les compétences limitées. Ces facteurs expliquent la modeste contribution de l’économie du numérique au PIB, qui était de 4,5% en 2020.

Le programme Toumouhy Lilwatan vise deux objectifs principaux :

1. Développer le numérique et l’utiliser comme levier de la modernisation et de la transformation approfondie de l’administration, ainsi que comme catalyseur de tous les secteurs de l’économie, en particulier les secteurs prioritaires ;

2. Revitaliser l’économie numérique pour augmenter la contribution de ce secteur au PIB en promouvant une industrie numérique innovante et créatrice de valeur, ainsi qu’en développant les opportunités de transfert de technologies.

Il prévoit de faire de notre pays une grande plateforme numérique en érigeant Nouakchott en « ville numérique », en accueillant des investissements et des externalisations de services comme les centres de calcul, les plateformes d’hébergement des données, les centres d’appels et autres plateformes technologiques.

Pour atteindre ces objectifs, voici les actions prévues :

• Augmenter la bande passante et porter la pénétration de l’internet à 80 % d’ici 2030, contre 40 % en 2023, grâce à des investissements soutenus par l’État et les opérateurs du secteur.

• Renforcer la formation, notamment en Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), dans l’enseignement supérieur.

• Accélérer la diffusion du numérique dans les secteurs prioritaires.

• Accélérer l’accès à des services numériques abordables et de meilleure qualité.

• Développer la finance numérique pour en faire un outil d’inclusion.

• Assurer une couverture du territoire nationale en fibre optique.

• Rendre l’internet haut et très haut débit fixes et mobiles disponibles à faible coût. • Sécuriser les infrastructures, réseaux, services et données numériques.

Ces mesures visent à transformer notre économie grâce au numérique, à rendre notre administration performante et transparente, et à positionner notre pays comme un acteur majeur de l’économie numérique.

III. Avis personnel et recommandations

Le programme Toumouhy Lilwatan pour le second mandat du Président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani offre une opportunité sans précédent de métamorphoser l’économie et l’administration de notre pays, avec notamment pour ambition de faire de Nouakchott une véritable capitale numérique. Pour relever ces importants défis, un engagement résolu en faveur de la modernisation de l’administration, du renforcement du secteur privé et de l’amélioration des infrastructures constitue un socle essentiel pour une croissance économique durable et inclusive. Afin de maximiser l’impact de ces initiatives et d’assurer leur succès, plusieurs recommandations stratégiques s’imposent :

1. Renforcement de la formation et des compétences à tous les niveaux : Intensifier les efforts de formation en Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) à tous les niveaux d’éducation, y compris dès le préscolaire, assurer la formation continue, promouvoir l’usage des plateformes de formation en ligne et développer des partenariats avec des institutions internationales pour des programmes de formation avancée et des échanges de compétences. Cela permettra d’assurer de façon continue une main-d’œuvre qualifiée et compétente capable d’accompagner l’évolution rapide de ce domaine et de soutenir solidement le développement de l’économie numérique de notre pays.

2. Promotion de l’innovation et de la recherche appliquée dans les secteurs prioritaires: Encourager les initiatives locales et renforcer la collaboration entre les startups, les incubateurs, les accélérateurs et les centres de recherche. Offrir des subventions et des incitations supplémentaires pour stimuler l’innovation et la création de nouvelles entreprises technologiques.

Cette démarche permettra de positionner notre pays comme un hub d’innovation en Afrique et au-delà.

3. Inclusion numérique et équité d’accès aux technologies : Élaborer des politiques pour diminuer les écarts d’accès aux technologies numériques et promouvoir l’inclusion numérique parmi les groupes défavorisés, garantissant ainsi une participation équitable à l’économie numérique. Cela vise à assurer que toutes les strates de la société puissent bénéficier des nombreuses opportunités d’emploi générées par le secteur numérique.

4. Amélioration de la qualité, la sécurité et la résilience des infrastructures : Garantir un accès à Internet haut débit à coût abordable dans les zones rurales et urbaines, investir dans la cybersécurité pour protéger les infrastructures, réseaux, services et données numériques contre les cybermenaces, et développer des protocoles de résilience pour assurer la continuité des services numériques en cas de perturbations.

5. Mise en place de normes éthiques et de régulations juridiques robustes : Promouvoir l’adoption de normes éthiques dans l’utilisation des technologies numériques, en particulier en ce qui concerne la protection des données personnelles et la confidentialité des informations. Mettre en place des cadres juridiques robustes pour encadrer l’utilisation des technologies numériques, assurer la conformité aux normes internationales et nationales en matière de cybersécurité, et renforcer les capacités institutionnelles pour faire respecter ces régulations. Promouvoir la transparence et la responsabilité dans l’utilisation des technologies numériques pour garantir la confiance des utilisateurs et des investisseurs.

6. Suivi et évaluation : Mettre en place des mécanismes de suivi et d’évaluation rigoureux impliquant toutes les parties prenantes. Cela permettra d’obtenir des retours d’expérience diversifiés, de mesurer l’impact des initiatives numériques et d’ajuster les stratégies en fonction des résultats obtenus. Un suivi constant est essentiel pour s’assurer que les objectifs ambitieux du programme sont atteints et pour adapter rapidement les actions en cas de besoin.

Ces recommandations mettent en lumière des aspects essentiels à prendre en compte dans le cadre de ce programme ambitieux, visant à optimiser l’efficacité des initiatives numériques prévues.

En dépit de l’ampleur des défis, le programme Toumouhy Lilwatan du Président Ghazouani représente une vision audacieuse et ambitieuse pour le futur du numérique dans notre pays. Avec un engagement résolu et des initiatives ciblées, il est possible de stimuler une croissance économique soutenue, durable et inclusive, et de positionner la Mauritanie comme un acteur majeur de l’économie numérique en Afrique. Le leadership visionnaire du Président Ghazouani est essentiel pour conduire cette transformation et bâtir un avenir prospère pour tous les Mauritaniens.

Dr Fatimetou Mint Mohamed-Saleck

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments