mardi, février 20, 2024
Google search engine
AccueilActuLe député Biram victime en 2020 du Qatargate pour ne pas être...

Le député Biram victime en 2020 du Qatargate pour ne pas être éligible au us grand prix des droits de l’homme

La victime du Qatargate, en l’occurrence le parlementaire mauritanien, s’est exprimé au confrère « Politico » sur les allégations selon lesquelles il aurait été empêché d’accéder au plus grand prix des droits de l’homme, accusant des hommes politiques soupçonnés d’avoir perçus du bakchich pour le rendre inéligible au prix des droits de l’homme le plus prestigieux de l’Union européenne.

L’activiste anti-esclavagiste s’est dit « choqué » par les révélations de POLITICO sur un trafic d’influence et des actes de corruption sur le prix Sakharov de l’Union Européenne.

Biram Dah Abeid, qui fait campagne contre les violations des droits humains en Mauritanie, a été évoqué comme candidat potentiel au prix Sakharov en 2020, aux côtés d’anciens lauréats dont le peuple ukrainien et Nelson Mandela, rappelle-t-on.

POLITICO a effectivement trouvé le document affirmant qu’Abeid a été empêché de progresser dans le processus de nomination dans le cadre d’une prétendue campagne d’influence menée par l’ancien député européen Pier Antonio Panzeri et son ex-assistant Francesco Giorgi.
Giorgi et Panzeri ont tous deux fait l’objet d’accusations préliminaires dans l’affaire dite de « cash for influence » du Qatargate, le plus grand scandale de corruption ayant frappé les institutions européennes depuis des décennies.

Des fichiers divulgués lors de l’enquête policière, consultés par POLITICO, suggèrent qu’Abeid a été exclu de la liste restreinte des candidats que le groupe des députés socialistes et démocrates allait proposer pour le prix, après l’intervention de Panzeri et Giorgi.

Dans un onglet d’une feuille de calcul intitulé « Mauritanie », une entrée datée du 9 septembre 2020 mentionne un « Birame » – une orthographe alternative du nom d’Abeid – en référence au prix Sakharov. C’est à cette même date que le groupe S&D a annoncé sa liste définitive de candidats, dans laquelle il ne figurait pas.

« Birame est exclu des trois finalistes du groupe S&D », peut-on lire dans le document.

Des personnes connaissant le processus ont confirmé en 2020 que Giorgi lui-même et des députés européens, y compris du groupe S&D, avaient fait l’objet de pressions pour que Abeid reçoive le prix Sakharov cette année-là.


Choqué

Abeid, fondateur de l’Initiative anti-esclavagiste pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), a souvent été la cible du gouvernement de ce pays d’Afrique de l’Ouest et a même été emprisonné en 2015 et 2018. Il a déclaré à POLITICO qu’il était « choqué et découragé » d’apprendre les affirmations contenues dans les fichiers divulgués selon lesquelles il avait été empêché de concourir pour le prix.

« L’image du prix Sakharov a été très durement touchée », a déclaré Abeid à POLITICO. «Nous savons tous désormais que le prix Sakharov peut être soumis à des négociations entre acteurs puissants qui peuvent influencer la manière dont il sera attribué.»

Abeid se souvient avoir rencontré Panzeri à plusieurs reprises entre 2013 et 2019.

« Il était extrêmement gentil, extrêmement sensible. Il m’a fait croire qu’il essayait de transmettre tout l’esprit humanitaire de l’Union européenne », a déclaré Abeid. « L’argent peut influencer ce prix. Et surtout l’argent corrompu.

En 2020, Giorgi était l’assistant de l’eurodéputé Andrea Cozzolino, qui a également été inculpé dans le Qatargate et nie toute implication.

Abeid avait déjà été présélectionné par le groupe socialiste en 2018. En 2020, le prix – qui est largement décidé par les trois plus grands groupes politiques du Parlement européen – a finalement été attribué à l’opposition démocratique biélorusse. Des personnes proches des discussions de 2020 ont suggéré qu’Abeid n’était pas un favori cette année-là.

« Je savais que j’avais une chance de remporter le prix », a déclaré Abeid. « J’étais dans une très bonne position au sein d’un mouvement de résistance et de dissidence. Je suis très abasourdi, très choqué.

Abeid a déclaré que les autorités mauritaniennes l’avaient empêché de revendiquer ce qu’il pensait être sa victoire légitime aux élections présidentielles du pays – en 2014 et 2019. Il a établi des parallèles avec Giorgi et Panzeri. « Les amis [de la Mauritanie] au sein de l’Union européenne, comme Panzeri, m’empêchent toujours de gagner », a déclaré Abeid. « Même si je représente la majorité des personnes qui souffrent encore de l’esclavage en Mauritanie. » Il se représente à nouveau à la présidence en 2024.

Panzeri a déclaré à la police que lui et Giorgi avaient reçu chacun 100 000 € de la Mauritanie entre 2019 et 2022. Cela est contesté par Giorgi, qui a déclaré aux enquêteurs qu’il n’avait reçu que 1 800 € par mois de l’ambassadeur de Mauritanie à Bruxelles, officiellement à titre de location d’un appartement qu’il occupait. Sous-location à d’autres personnes.

Des documents de police montrent que l’accord de Panzeri et Giorgi avec la Mauritanie a été conclu fin 2018 lors d’une réunion avec l’ancien président du pays, Mohamed Ould Abdel Aziz. Le président, a rappelé Panzeri, a proposé que le duo travaille pour garantir que l’UE ne « dise pas du mal » de la Mauritanie. Cela, a déclaré Panzeri aux enquêteurs, « pourrait être échangé contre de l’argent ».

Un porte-parole S&D a déclaré : « Nous ne commentons pas l’enquête judiciaire en cours, si ce n’est pour dire que nous sommes disposés à coopérer pleinement avec les autorités judiciaires.

Politico

Traduit de l’Anglais

Mohamed Mohamed Lemine

mdhademine@yahoo.fr

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments