mardi, avril 16, 2024
Google search engine
AccueilActuLa violence économique : ce mal sournois qui guette les femmes… Dr...

La violence économique : ce mal sournois qui guette les femmes… Dr Emna JEMMALI

Chacune de ces phrases et chacun de ces mots, renvoient à la traversée de nombreuses femmes (amies, collègues, employées, …) qui ont subi des injustices sans vraiment le savoir. Ces femmes ont des positions sociales et économiques différentes… mais elles ont toutes vécu la même souffrance. Tant de femmes ont accepté, cette injustice pour préserver leurs enfants, mais aussi par peur. Tant de femmes se sont battues, et se battent encore aujourd’hui, pour leur autonomie financière !

Par autonomie financière, nous entendons une indépendance financière, être libre de vivre de ses revenus, d’avoir libre accès à un compte bancaire, de pouvoir disposer librement de ses revenus, d’avoir le libre choix et le droit de dépenser et d’investir son argent sans pression.

De par son caractère insidieux, la violence économique est peu reconnue comme une forme de violence, mais elle constitue souvent l’une des formes les plus persistantes de violence sexiste. Bien que les femmes déclarent être moins fréquemment victimes de violence économique que de violence physique, sexuelle et psychologique, la violence économique présente le taux de récurrence le plus élevé.

Selon une étude de la banque Mondiale, près d’1,4 milliard de femmes vivent dans des pays qui ne reconnaissent pas la violence économique dans leur système juridique et n’offrent pas de protection juridique aux victimes de cette forme de violence. *

Afin de se conformer aux orientations des Nations Unies, et de s’inspirer des bonnes pratiques de plusieurs pays, la Tunisie a approuvé la loi organique tunisienne (26 juillet 2017), qui se base sur une approche de droits, visant à protéger les droits humains, des différentes formes de discrimination.  Selon la juridiction internationale, la violence socioéconomique concerne tout acte ou abstention de nature à exploiter les femmes ou à les priver des ressources économiques, quel qu’en soit l’origine, tels que la privation des fonds, du salaire ou des revenus, le contrôle des salaires ou revenus et l’interdiction de travailler ou la contrainte à travailler.

Mais qu’en est-il réellement dans la pratique, en Tunisie ?

Nul n’ignore que les chiffres de la violence fais à l’encontre des femmes, ne cessent d’augmenter.  Cette situation a empiré avec le Covid, et ne s’améliorera certainement pas avec la détérioration de la situation économique et sociale mondiale. Parmi les victimes de violence économique dans le monde, 67 % d’entre elles résident dans des zones plutôt considérées comme défavorisées. Il n’y a cependant pas de chiffres sur la violence économique envers les femmes en Tunisie.

De quelle manière se traduit cette violence socio-économique ?

Le cas le plus flagrant, c’est lorsqu’un homme prive une femme de son entourage proche ( sa conjointe, sa fille, sa mère ) de ses propres revenus. C’est malheureusement encore le cas dans nos régions, où les femmes travaillent et se voient subtiliser leur salaire par un homme de la famille (frère, mari, père, oncle, …) à la sortie des usines, à chaque la fin de mois. De nombreux employeurs témoignent du nombre de femmes qui viennent au début du mois avec des commotions et qui taisent leur souffrance, car elles sont violemment contraintes à remettre la totalité de leur salaire à un homme de la famille. Jalel, un dirigeant d’entreprise : « nous avons ouvert des comptes postaux à toutes nos employées pour éviter qu’elles ne soient rackettées à la sortie de l’usine par leurs proches ». C’est aussi le cas des femmes, filles et mères, qui travaillent dans l’informel (employées de maison, dans les champs, .. ) et qui donnent sans mot dire, le fruit de leur travail à la fin de chaque journée. Cette situation contribue à les fragiliser et à les maintenir sous l’emprise de leur conjoint, puisqu’il arrive même que ce dernier lui interdise de se rendre au travail.

Dans le couple, la violence économique vient de l’homme qui emprunte à la victime de l’argent, sans intention de la rembourser ; ou encore exige de l’argent en invoquant des prétextes, sous la contrainte ou sous la menace, etc…  C’est aussi le cas de l’homme qui contrôle les dépenses et la gestion financière et ne donne pas à la femme le choix des dépenses (parfois même pour des produits de consommation courante …), qu’il critique les achats ; qu’il surveille ses comptes personnels ; qu’il s’implique dans sa façon de gérer son argent ; qu’il impose ses choix quant aux décisions financières qui concernent la femme ou la famille). C’est lorsqu’il contrôle l’accès à l’information relative aux finances de la famille. C’est aussi l’homme qui ment sur sa propre situation financière personnelle ou sur la situation financière de la famille ; en dissimulant des revenus personnels ; et en cachant des factures ou des avis importants ; etc.

La violence économique c’est lorsqu’il y a usurpation de l’identité de la femme, ou qu’il l’oblige à signer un engagement financier pour le couple, qu’il utilise des informations personnelles (date de naissance, nom de famille de la mère, etc.) pour se faire passer pour la femme, ou qu’il contracte des dettes à son nom.

Une autre situation très fréquente encore en Tunisie, celle de l’homme qui impose à sa femme le statut de « femme au foyer », en la culpabilisant, invoquant le plus souvent l’éducation des enfants. Cette situation s’aggrave lorsqu’il ne lui laisse pas le minimum pour ses dépenses personnelles (coiffeur, hammam, déodorant, soins médicaux, serviettes hygiéniques, …). Bien souvent la femme qui a accepté, ce « deal », en début de relation ou « le temps que les enfants grandissent », se retrouve malheureusement des années plus tard, à se contenter d’un emploi qui ne correspond pas à ses compétences, ni à son niveau d’études, ou exclue du marché du travail. Il arrive aussi qu’il lui crée des problèmes professionnels, pour engendrer des difficultés de concentration et accroitre son absentéisme.

C’est un moyen pour contraindre la victime à rester dans la relation de couple. Certaines subissent des menaces de vengeance financière si la victime choisit de rompre cette relation. La menace la plus courante est celle qui consisterait à lui « couper les vivres », surtout si elle a des enfants en bas âge, de ne pas payer la pension alimentaire, de ne plus payer les dettes communes,

La violence économique est souvent insidieuse, elle peut aussi provenir de l’entourage familial de la victime.

Nous connaissons tous des histoires de jeunes filles qui ont été privées de l’école par leur père, pour qu’elles soient source de revenu pour la famille (dans certaines régions, les filles sont exploitées et envoyées dans des familles, dans les grandes villes en tant qu’aide-ménagère, parfois même avant l’âge de la majorité).

La famille fait pression sur la victime, souvent de manière insidieuse, en voulant contrôler son développement professionnel, en l’empêchant de continuer ses études, ou encore en la forçant à refuser des promotions dans le cadre de son travail. Il peut aussi s’agir du contrôle des emplois auxquels la victime souhaite postuler, dans certains secteurs (hôtellerie, restauration …) craignant pour elle le contact avec d’autres hommes, ou certains emplois qui peuvent mettre la victime dans la situation d’être sous l’emprise de son supérieur hiérarchique. C’est aussi le cas de la victime qui travaille au sein de l’entreprise familiale. Elle n’est en général peu ou pas rémunérée et se retrouve parfois sans aucune couverture sociale. Il s’agit de tout contrôle de la vie scolaire ou professionnelle de la femme en général.

La violence économique concerne aussi le cas des femmes privées de leur héritage (terres agricoles…) par un homme de la famille, et qui, en s’arrogeant le droit de le gérer, finit par s’approprier le bien familial.

Au final, toutes ces situations contribuent à placer la femme dans une situation de dépendance économique à l’égard de la famille ou de son partenaire. 

De nombreuses recherches à l’échelle internationale, ont montré que lorsqu’une femme a un statut économique plus élevé que l’homme, au sein de sa famille, cela peut être une source de conflits et de violence économique pour elle. La violence fondée sur le genre est une violation des droits humains et qu’elle affecte non seulement les personnes qui en sont directement victimes, mais aussi l’ensemble de la société. Les données économiques mondiales ont montré que la mondialisation a engendré l’appauvrissement des femmes. La violence socioéconomique est à la fois la cause et l’effet d’une relation de pouvoir déséquilibrée entre les femmes et les hommes. Dans les pays développés comme dans les pays en développement, le nombre de ménages géré par une femme est en augmentation. Les ménages dirigés par une femme sont plus vulnérables, du fait que leurs ressources sont en général inférieures à celles des hommes.

L’égalité entre les femmes et les hommes est un objectif fondamental pour toute société fondée sur les droits de l’homme, la démocratie et l’État de droit. L’autonomisation financière des femmes passe par une prise de conscience collective de la violence économique faite contre le genre.

Quelles solutions pour combattre la violence socio-économique envers les femmes ?

Il faut mettre en place un certain nombre de mesures :

– Adopter et mettre en œuvre de mesures préventives visant à lutter contre les inégalités entre les sexes comme cause profonde de la violence économique envers les femmes,

– Mettre en place une base de données sur les violences envers les femmes.

– Multiplier les enquêtes sur la violence économique et les comportements pour mettre en exergue les causes et les conséquences, collecter tous types de données, les analyser. Les enquêtes doivent porter sur les perceptions et les attitudes des femmes et des hommes.

– Modifier la législation existante et l’introduction de nouvelles mesures visant à criminaliser la violence économique.

– Adopter des stratégies, des politiques, des plans d’actions et des programmes pour soutenir la mise en œuvre de la réforme juridique sur la violence envers les femmes.

– Échanger des expériences et des bonnes pratiques en matière d’expériences réussies et de réformes juridiques dans l’ensemble des régions,

« Il y a une vérité́ universelle, applicable à tous les pays, cultures et communautés : la violence à l’égard des femmes n’est jamais acceptable, jamais excusable, jamais tolérable. » Ban Ki-Moon, Ancien Secrétaire Général des Nations Unies (2008)

Dr Emna JEMMALI

Co-fondatrice d’1KUB : 1er incubateur dédié à l’entrepreneuriat féminin en Afrique Francophone 

La violence économique ce mal sournois qui guette les femmes ? 

C’est un sujet qui me tient à coeur, et que j’ai écrit cet article avec le coeur, et c’est en l’écrivant que je me suis rendue compte que j’ai moi même subi certaines violences économiques !

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments